15 000 enfants et jeunes Vénézuéliens ont étés recrutés par des groupes illégaux en Colombie

44

par Diaro de Cuba

Quelque 15 000 enfants et jeunes Vénézueliens auraient été recrutés en seulement 10 mois par des groupes illégaux en Colombie dans les zones frontalières, a alerté Javier Tarazona, président de l’Association des enseignants vénézuéliens à Táchira, d’après les médias des deux pays.

Selon le porte-parole de l’ONG Fundaredes, qui a déposé une plainte auprès du bureau du procureur général du Venezuela, ces groupes profitent du taux d’abandon de 80% à la frontière. Jusqu’à 70 % de ces jeunes seraient enrôlés par la guérilla.

Jusqu’à présent, 15 000 enfants et jeunes de 16 à 25 ans sont tombés dans ces réseaux dans huit états le long de la frontière vénézuélienne, selon le quotidien El Nacional.

Ils travailleraient directement ou indirectement avec des groupes colombiens, tels que les dissidents des Forces Armées Révolutionnaires démobilisées de Colombie (FARC), les membres de l’Armée de Libération Nationale (ELN), l’Armée Populaire du Peuple ( » EPP « ), l’Armée de Libération Bolivarienne (mutation de la guérilla vénézuélienne), « et toute autre expression de groupe armé illégal présent à la frontière, dans différents crimes tels que le trafic de drogues, la contrebande, l’extorsion, les enlèvements, les disparitions et les cultures de drogue sur le territoire vénézuélien », a dit Tarazona.

Il n’est pas exclu qu’ils soient prêts à manipuler des armes militaires et donc à agir face à une hypothétique confrontation civile, a-t-il averti.

Tarazona a également signalé que ces enfants et ces jeunes quittent le système éducatif en raison de la crise sociale et économique que traverse le pays, ce dont profitent ces groupes illégaux.

« L’augmentation des enlèvements, de l’extorsion, des disparitions forcées et de la culture de drogue dans le pays est étroitement liée à l’incorporation d’un nombre important de jeunes Vénézuéliens dans les rangs des guérilleros.

enfant guérillero enrôlé

enfant guérillero enrôlé

En avril dernier, le porte-parole de Fundaredes a déposé quatre plaintes concernant l’incursion et la présence de groupes subversifs sur le territoire vénézuélien. Il s’agissait notamment de deux stations de radio appartenant à la guérilla colombienne, qui opérait à partir du territoire vénézuélien.

Il a également dénoncé la livraison de boîtes de nourriture par l’Ejército de Liberación Nacional (ELN) aux personnes dans le besoin accompagnées de messages d’endoctrinement.

En outre, des guérilleros colombiens entreraient dans les écoles vénézuéliennes pour endoctriner les enfants directement dans les écoles. Ils viennent avec des magazines, des mots croisés, des cahiers de coloriage et des cadeaux. Leur objectif est d’augmenter leurs effectifs et de trouver dans la population vénézuélienne, qui traverse une crise humanitaire, un terreau fertile pour leur expansion.

article originel : Unos 15.000 niños y jóvenes venezolanos habrían sido reclutados por grupos irregulares de Colombia

traduit par Pascal, revu par Martha pour Réseau International

Advertisements

LEAVE A REPLY