Affaire Lamine Diack, référendum, etc. : L’agenda du Président n’est pas le vôtre, chers opposants et activistes

436

macLe débat stérile que suscite l’affaire Lamine DIACK, à côté de celui de la réduction du mandat du président, m’amène à m’interroger sur l’agenda d’une certaine opposition, qui visiblement, n’a absolument rien à voir avec celui du président de la République et de son gouvernement.

Pendant que les reliques d’une opposition moribonde, constitué d’usurpateurs de formation politique (suivez mon regard), d’un président imaginaire qui risque, s’il n’y prend garde, de ne jamais avoir l’honneur de s’adresser solennellement aux sénégalais un soir du 03 avril ou du 31 décembre, mais également des restes du parti « dolécratique » sénégalais – il s’agit bien de restes, après les défections justifiées et courageusesbde Madame Aminata TALL, de Messieurs Serigne Diop, Pape Diop, Moustapha DIAKHATE, Abdoulaye BALDE, Thierno LO, Serigne Mbacké NDIAYE, Souleymane Ndéné NDIAYE, la mise à l’écart de l’actuel président de la République au profit du fils et l’exclusion récente de Modou DIAGNE Fada (le téméraire) à cause du même fils, pendant que les reliques de cette opposition moribonde dis-je, font dans l’agitation médiatique et dans l’invective, le président Macky SALL déroule tranquillement, avec la lucidité et l’humilité qu’on lui connaît, son agenda pour satisfaire la forte demande sociale héritée essentiellement de son prédécesseur.

Je me garderai de m’engager dans une énumération, forcément incomplète, des belles et nombreuses réalisations du président Macky SALL ou dans une analyse de la dimension de l’homme. Des livres entiers, avec une éloquence rare, ont été produits à cet effet. Merci à Messieurs Alioune FALL et Abdoulatif COULIBALY pour l’exercice. J’en laisse plutôt le soin aux populations de Thiaroye, Mbao, Keur Massar, Rufisque, Bargny et les voyageurs interurbains qui empruntent tous les jours les tronçons Poste Thiaroye-Croisement Keur Massar.
J’en laisse le soin aux fidèles, bénéficiaires de l’ambitieux programme de modernisation des Cités religieuses, aux populations qui longent le chantier pharaonique de l’autoroute ILA Touba, le plus important que le Sénégal ait jamais engagé, en attendant celui du chemin de fer Dakar-Kidira et du Train Express Dakar –Aéroport International Blaise Diagne.
J’en laisse le soin aux populations de Tivaouane et fidèles Tidianes qui, par la voix du Guide Serigne Abdoul AizizSy, ont dit Jerejeuf, Jerejeuf, Jerejeuf (trois fois de suite) au président, aux disciples du Mahdi Seydina Limamou Laye à Cambèrene, aux disciples de Baye Niasse à Kaolack, à la Communauté catholique de Fatick, aux habitants de Medina Gounass, aux disciples des familles TALL et BARRO de Mbour, etc.
J’en laisse le soin aux nombreux ouvriers du chantier du Pôle urbain de Diamniadio et les très proches futurs bénéficiaires des logements en construction. J’en laisse le soin aux populations de la Casamance naturelle qui ont reçu le président Macky SALL trois fois en trois ans de pouvoir et réceptionné à l’occasion deux navires supplémentaires (Aguène et Diambogne), un complexe frigorifique de 2000 tonnes, un stade flambant neuf, l’hôpital de la Paix de Ziguinchor, la centrale électrique de Boutoute, le pont de Kolda. J’en laisse le soin aux populations du bassin de l’Anambé irrigué par le barrage de Niandouba, aux bénéficiaires des aménagements de domaines agricoles communautaires (DAC) de Séfa dans la région de Sédhiou, de Itato dans la région de Kédougou.
J’en laisse le soin aux nombreux paysans bénéficiaires du Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture (Pracas) avec la distribution d’équipements agricoles et de tracteurs pour la modernisation de l’agriculture.
Je laisse cet exercice au monde rural bénéficiaire d’équipements (moulins, batteuses, décortiqueuses, etc.) et d’infrastructures routières (programme des pistes rurales), hydrauliques et électriques grâce au Pudc et aux actions du ministère en charge de la Famille et de la Femme.
J’en laisse le soin aux agriculteurs de la vallée qui commencent à savourer les retombées de l’audacieuse politique d’autosuffisance en riz du Président de la République, aux populations de Richard Toll et Ndioum bénéficiaires des travaux routiers et hydro agricoles du Millénium Challenge Account, à celles des régions de Saint-Louis, Matam et du département de Bakel (région de Tambacounda) ayant bénéficié des 116.000 ha aménagés dans la vallée grâce à la Saed et aux partenaires techniques et financiers.
Mieux, les jeunes travaillant dans l’agropole de Fass Ngom, les producteurs d’oignons qui ne peinent plus à écouler leur récolte sont mieux placés que moi pour faire cet exercice.
J’en laisse le soin à la communauté universitaire, aux élèves, futurs bacheliers, à leurs parents qui apprécient à sa juste mesure, l’élargissement de la carte universitaire avec les Universités Cheikhal Islam Ibrahima Niass et de Dakar Diamniadio et les Instituts supérieurs d’enseignement professionnels (Isep) de Thiès, de Matam, etc.
J’en laisse le soin aux populations du département de Foundiougne et de la région de Fatick de façon générale, qui apprécient fièrement la construction du Port de Foundiougne-Ndakhonga, l’achèvement de la construction de l’hôpital régional de Fatick, le butimage de la route Passy- Foundiougne, la piste rurale dénommée la « Boucle du Lôg », celui en cours de la route Passy Sokone qui lui témoigneront leur reconnaissance le moment venu.
J’en laisse le soin aux usagers de la route Fatick – Kaolack qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive.
J’en laisse le soin aux populations de la grande banlieue de Dakar, longtemps éprouvées par les inondations et qui commencent à voir le bout du tunnel, grâce au programme décennal de lutte contre les inondations.
J’en laisse le soin aux heureux bénéficiaires des bourses de sécurité familiale ou ceux qui se soignent désormais plus facilement grâce à la couverture maladie universelle et la prolifération des mutuelles de santé.
J’en laisse le soin aux éleveurs de la zone sylvo-pastorale, ceux du Ranch de Doli notamment, ou aux usagers du marché à bétail de Koungheul.
J’en laisse le soin aux acteurs de la pêche, aux pêcheurs dont la sécurité en mer est renforcée par la baisse considérable du prix du gilet de sauvetage, aux mareyeurs et usagers des quais de pêche de Ngaparou, de Yoff, en attendant la réalisation du quai de Soumbedioune avec la coopération marocaine. Merci au ministre Oumar Guèye, grâce à qui, la pêche est sur le point de retrouver ses lettres de noblesse
J’en laisse le soin aux professionnels du tourisme qui apprécient les mesures prises par le président de la République pour booster le secteur, notamment en Casamance, sans oublier le vaste chantier touristique de Pointe Sarène ou encore le projet touristique de Ndolète dans la Commune de Mbam.
Last but not least, je laisse l’exercice aux fonctionnaires de l’Etat ayant bénéficié de la baisse importante de l’impôt sur le revenu, ce qui a contribué à relever leur pouvoir d’achat. Chers lecteurs, au risque d’abuser de votre temps à faire témoigner le nombre impressionnant de citoyens ayant bénéficié des retombées de la politique distributive du président, je suis tenté de m’arrêter non sans inviter certains compatriotes de l’opposition, aveuglés par une haine viscérale, que rien d’objectif ne justifie à l’égard du président, si ce n’est de la jalousie, à revenir à la raison. Je suis fondé à dire que vous n’émettez sur la même longueur d’onde avec le président, dont l’agenda surchargé ne saurait s’accommoder à vos instincts de survie politique.
L’agenda du président, c’est la mise en œuvre diligente du Plan Sénégal émergent avec notamment la réalisation du Programme triennal d’investissements publics (Ptip) 2015-2017, d’un coût global de 3 343,668 milliards de francs CFA, principal jalon de concrétisation du Pap du Pse.
L’agenda du président, c’est la mise en œuvre et surtout le parachèvement du processus de la révolution silencieuse qu’est l’Acte III de la décentralisation destiné à« bâtir des territoires viables, compétitifs porteurs de développement durable ».
L’agenda du président, c’est le repositionnement de la Diplomatie sénégalaise, fortement écornée par les prises de position de celui qui n’a pas hésité à humilier publiquement une Grande dame (quelle élégance !), de surcroît plénipotentiaire d’un Grand pays ami du Sénégal. Merci à M. Mankeur Ndiaye pour les résultats déjà obtenus, notamment le statut pour le Sénégal de membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies et la présidence des Etats partis de la Cour Pénale internationale, assurée par notre pays.
L’agenda du président, c’est la satisfaction des besoins en Education de qualité pour tous. Merci à M. Serigne Mbaye THIAM pour l’excellent travail d’assainissement du secteur éducatif qu’il a entrepris.
L’agenda du président, c’est l’accès démocratique aux soins de santé pour tous, la lutte contre la pauvreté et le chômage des jeunes. Merci à Mme Awa Marie Col Seck, MmeAnta Sarr DIACKO et Mame Mbaye NIANG.
L’agenda du président, c’est le désenclavement des localités jusqu’ici oubliées, l’accès à l’eau des populations rurales. Merci à toute l’équipe du Pudc.
L’agenda du président, c’est de rendre à nos chefs religieux, toutes confessions confondues, leur dignité de guide et régulateur social et de promouvoir le dialogue islamo-chrétien ;
L’agenda du président, c’est la lutte contre le terrorisme et la préservation de la paix au Sénégal et dans le monde. Merci au président pour ses prises de position courageuse et ses initiatives sur cette question.
L’agenda du président, c’est la salubrité de notre capitale qui doit retrouver son lustre d’antan. Merci à M. Abdoulaye Diouf SARR pour l’excellent travail qu’il a entamé dans la capitale et dans les cités religieuses.
L’agenda du président, c’est la réalisation au Sénégal et en Afrique des Objectifs de développement durable, la lutte contre le changement climatique. Merci à M. Abdoulaye Baldé et aux ONG comme Enda Energie pour l’excellent travail abattu à la COP 21.
L’agenda du président, c’est l’installation de la culture de la transparence, de la bonne gouvernance et l’assainissement du climat des affaires pour attirer davantage d’investisseurs. Merci à l’Ige, à la Crei, à l’Armp, à l’Ofnac, à l’Igf et aux inspections internes des départements ministériels.
L’agenda du président, c’est l’instauration d’une justice internationale équitable avec des africains, jugés par des africains, dans des tribunaux africains. Chapeau bas au garde des sceaux ministre de la Justice, Maître Sidiki KABA.
L’agenda du président, c’est la promotion d’une culture scientifique au Sénégal et la promotion de l’employabilité des jeunes. Merci au Professeur Marie Teuw NIANE et à M. Mamadou TALLA.
L’agenda du président, c’est la promotion de la culture et la protection des acteurs culturels. Jokanjal Mbagnick NDIAYE pour l’appui à la mise en place de la mutuelle nationale de santé des acteurs culturels.
L’agenda du président, c’est la fourniture suffisante d’électricité aux populations. Jerejeuf à Messieurs Aly NGouille NDIAYE et Mouhamadou Moctar CISSE.
L’Agenda du président, c’est faire triompher le Sénégal dans les compétitions sportives africaines et mondiales. A ce titre, Bravo à M. Matar BA pour les trophées continentaux en Basket, en Football (une première au Sénégal!) et le comportement plus qu’honorable de nos jeunes footballeurs au dernier Mondial.
L’agenda du président, c’est l’amélioration de la mobilité urbaine, à Dakar notamment. Les riverains de la voie de dégagement nord qui longe les Niayes depuis Cambérène en passant par Guédiawaye en savent quelque chose.
L’agenda du président, c’est l’achèvement des projets initiés par le défunt régime avec un montage financier rocambolesque. Merci au président d’avoir pesé de tout votre poids pour dénouer la situation de l’AIBD.
L’agenda du président, c’est la restauration du culte de l’effort, du travail et du mérite en lieu et place de la facilité et des passe-droits.
L’agenda du président, c’est la réalisation du pont de Foundiougne Ndakhonga pour parachever le désenclavement du centre sud du pays.
Mais tout cela ne peut se réaliser sans la paix et la sécurité. Alors, l’agenda du président c’est d’assurer la sécurité à chaque sénégalais, à chaque sénégalaise et à leurs biens. Merci à M. Augustin TINE et à toutes les forces de défense et de sécurité. Nous dormons tranquille grâce à vous.
En somme, l’agenda du président de la République, c’est ni plus, ni moins, de restaurer un Etat laissé en lambeaux, d’améliorer le présent des sénégalais et de garantir un avenir meilleur aux générations futures.
Mesdames, messieurs, avec un agenda si chargé, dont l’exécution est coordonnée de façon intelligente par le 1er ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, pensez-vous que le président a le temps de répondre à vos agissements puérils et stériles, relayés par la presse, que vous devez d’ailleurs remercier pour la publicité gratuite qu’elle offre. Non, le président est au-dessus de toute cette mêlée. Son Directeur de Cabinet, Maître El Hadji Omar YOUM a raison de dire que le temps du président n’est pas celui de l’opposition. Oui, le président est occupé par des choses beaucoup plus sérieuses. C’est pourquoi, ni les agissements d’une certaine presse étrangère, longtemps déifiée sous nos cieux, ni les invectives d’une opposition agonisante, ni les attaques personnalisées d’un imaginaire 4ème président, encore moins les positions incompréhensibles d’une certaine société civile, ne le divertiront pour le détourner de l’essentiel. Par contre, ses camarades de parti que nous sommes, ses alliés de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar, de même que les populations sénégalaises qui souhaitent le parachèvement des projets qu’il a entamés, seront là, tel un bouclier, décidés plus que jamais à protéger notre précieux trésor, contre toute menace, contre toute velléité de fragilisation, d’où qu’elle puisse venir.
L’affaire Lamine DIACK, ce pétard mouillé devrai-je dire, maladroitement téléguidé par des malintentionnés, ne peut détourner le président de la République de l’accomplissement de la mission sacerdotale que le peuple lui a confiée. En tout cas, les sentinelles de la République seront là pour vous mettre hors d’état de nuire afin de lui permettre de dérouler en toute tranquillité son agenda, surbooké comme vous le constatez, agenda pour lequel les Sénégalais lui ont accordé massivement leurs suffrages. A bon entendeur …

Par Lamine SARR *

* 2ème Secrétaire Elu du Conseil départemental de Foundiougne
APR, Commune de Mbam
Email : lamsaren@gmail.com


LEAVE A REPLY