CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DE L’ARACHIDE

88

La campagne de commercialisation de l’arachide à démarre mais elle ne se déroule pas correctement, les principaux acteurs de la filière ne dansent pas sur le même tempo, les véritables interets des uns et des autres étant divergents, parfois contradictoires. Les opérateurs privés stockeurs, les transporteurs et les huiliers sont peu satisfaits du déroulement et du rythme de progression de la campagne, ce qui diminue considérablement le volume de la collecte.

Mais le principal perdant dans cette affaire reste le petit producteur, le petit paysan, qui est obligé de brader sa petite production pour subvenir à ses besoins dans un pays où il y a régulièrement des fêtes et autres cérémonies notamment familiales ou religieuses occasionnant beaucoup de frais et de dépenses et aux quelles les sénégalais se font un point d’honneur de répondre. La principale conséquence, la plus frustrante sans doute, demeurre le spectacle auquel nous assistons quotidiennement dans les marchés, loumas et autres marchés hebdomadaires : l’arachide est brade a un prix inférieur à 180F CFA, ICI, dans le Saloum, alors que le prix du kilogramme est officiellement fixé à 225 F CFA par les Pouvoirs publiques.

Le paysan n’a pas le choix dans un secteur complètement déréglé où chaque acteur tire la couverture sur soi sans tenir compte des autres, les banquiers, les industriels, les OPS, et autres “intermédiaires” de la filiere étant manifestement mieux organisés que le “beykat bu ndaw bi” qui a trime courageusement aux champs pendant quatre mois sous le chaud soleil de l’hivernage et la pluie..

Farba Senghor

BUURSIIN

Tel : 221772484799

LEAVE A REPLY