Des documents déclassifiés dévoilent le plan de guerre froide secrète du Royaume-Uni visant à détruire les gisements de pétrole du Moyen-Orient

22

Les années 1950 ont été une période tumultueuse des deux côtés du rideau de fer.

Avec la fin de la Seconde Guerre Mondiale et le rôle de premier plan joué par le pétrole brut pour son dénouement, les agences de renseignement britanniques et américaines n’ont pas perdu de temps pour élaborer des scénarios au cas où les Soviétiques envahiraient le Moyen-Orient.

Avec le recul, en particulier pour les jeunes générations, cela pourrait sembler excentrique, mais pas pour ceux qui se souviennent de la guerre froide et de la paranoïa qui sévissait des deux côtés. Dans les années 50, les services de renseignement britanniques et américains étaient véritablement préoccupés par une nouvelle expansion soviétique vers le Moyen-Orient, qui était à l’époque la principale source de pétrole brut pour les deux pays. Pas étonnant que la région ait été un problème de sécurité prioritaire pour les deux pays.

Les plans ont d’abord été élaborés par le président américain Truman en 1949, écrit le Russe Sputnik, citant un certain nombre de documents récemment déclassifiés du Royaume-Uni et des États-Unis.

20180130_declass

Surnommés «déni de pétrole», les plans prévoyaient que le personnel des compagnies pétrolières du Moyen-Orient saboterait leurs propres champs pétrolifères et leurs raffineries en cas d’invasion soviétique, dans l’espoir de restreindre l’accès des envahisseurs à cette denrée précieuse.

20180130_declass1

Bien que solides en eux-mêmes, les plans de déni des Britanniques étaient confrontés à des problèmes: l’influence de l’empire au Moyen-Orient était en déclin. Selon les documents déclassifiés, les gouvernements iranien et irakien étaient particulièrement peu susceptibles de coopérer avec les compagnies pétrolières pour saboter leur propre industrie pétrolière.

La raison en était que le Royaume-Uni n’avait plus de présence monopolistique dans ces deux pays, malgré le coup d’État de 1953 mené par les Etats-Unis en Iran, qui a ramené le Shah au pouvoir et BP à la tête de l’industrie pétrolière iranienne. BP était à la barre, c’est vrai, mais le gouvernement iranien contrôlait les raffineries et en construisait d’autres. Le scénario d’invasion soviétique impliquait non seulement des champs pétrolifères mais aussi des raffineries.

Craignant le refus probable des gouvernements irakien et iranien de jouer le jeu avec les plans de sabotage, la Grande-Bretagne ne disposait que de peu d’options pour empêcher les Soviétiques de s’approvisionner en pétrole. Les frappes aériennes étaient l’option la plus logique, mais il y avait, là aussi, un problème: il n’y avait pas assez d’avions pour effectuer toutes les attaques nécessaires en cas d’invasion. En conséquence, l’option nucléaire a été mise sur la table par un comité conjoint des chefs d’état-major au milieu des années 1950.

Des discussions ont eu lieu avec les services secrets et les autorités militaires américaines sur l’utilisation conjointe de frappes nucléaires sur des raffineries contrôlées par le gouvernement irakien et iranien, mais aucun document n’a été déclassifié sur l’approbation du plan nucléaire. En tout cas, les frappes nucléaires américaines sur les installations pétrolières iraniennes étaient considérées comme «le seul moyen possible de déni de pétrole» iranien, malgré le fait que le Shah soit pro-occidental.

20180130_declass2

D’autres discussions ont suivi, et les armes nucléaires ont finalement été retirées de la table, grâce à George Prussing, un agent de la CIA, qui a été chargé de travailler avec les compagnies pétrolières du Moyen-Orient pour assurer le succès des plans de déni de pétrole.

Prussing a conclu que pour y parvenir, il fallait démolir au sol des champs et les installations. Pourtant, c’est une bonne chose que les Soviétiques n’aient jamais essayé de s’étendre au Moyen-Orient – si peu de temps après Hiroshima et Nagasaki, les armes nucléaires étaient encore très populaires en tant que solution ultime de problèmes.

 Source : https://www.zerohedge.com/news/2018-01-30/declassified-docs-expose-uks-secret-cold-war-plan-nuke-mid-east-oil-fields

Traduction : Avic– Réseau International

LEAVE A REPLY