Epidémie : première cause de consultation, la grippe fait des ravages

30

Epidémie : première cause de consultation, la grippe fait des ravages

La grippe est en train de faire des ravages, à Dakar. Dans toutes les structures sanitaires de la capitale visitées, cette maladie, due à un virus appelé Myxovirus influenza, est la première cause de consultation des patients.

S’il y  a une maladie qui est en train de faire des victimes dans les maisons, c’est bien la grippe. En cette matinée du mercredi 25 octobre 2017, l’hôpital Samu Municipal de Grand-Yoff est bondé de monde. Sur les couloirs, difficile de se frayer un chemin. Tous les bancs situés à l’accueil sont occupés par des patients. Ceux qui n’ont pas de place n’hésitent pas à s’asseoir à même les carreaux.

«Ça fait cinq jours que je suis cloué au lit. J’ai des maux de tête, des courbatures un peu partout au niveau du corps et de la fièvre. A un moment  même, je me disais que j’avais le paludisme puisque nous sommes presque à la fin de hivernage. Mais après le test, on a constaté que j’avais la grippe. C’est une maladie trop encombrant, je ne dors pas toute la nuit», confie Halimatou Diatta, qui vient de sortir du bureau du médecin,  une ordonnance à la main.

Assise sur le banc en attendant son tour pour voir le médecin, Oumou Diop soutient que son enfant ne ferme plus les yeux la nuit, depuis presque quatre jours. «Il ne dort plus la nuit. Il a toujours le nez qui coule et une forte fièvre», lance-t-elle. A quelques mètres est assise une autre patiente.

Elle s’appelle Nogaye Thiam, accompagnée par son mari pour une consultation. Habillée en jean bleu, teint clair, elle dit être atteinte par la grippe depuis la fin du week-end dernier.

«Dimanche dernier, dans la matinée, j’ai commencé à avoir mal à la tête et les yeux qui brûlent, comme une allergie. Je toussais, mais je ne me suis pas inquiétée», raconte-t-elle.  Poursuivant, elle ajoute :

«Dans la nuit, je me suis réveillée avec 40° de fièvre. J’avais très froid et mal partout dans les articulations, les muscles. Et je tremblais de tout mon corps. J’ai voulu me lever, mais c’était impossible. Je n’avais plus de force, j’ai pensé à un rhume. Et j’avais le nez qui coulait et les bronches encombrées», narre-t-elle. Autre lieu, même constat. Cette fois, ça se passe à l’hôpital Nabil Choucair de la Patte-D’oie.

Ici, la grippe est la première cause de consultation des malades. Trouvé sur les bancs de l’accueil, Moussa Tall indique que cela fait trois jours qu’il n’a pas mis les pieds à son lieu de travail à cause de cette maladie. «Je souffre de la grippe depuis le dimanche. Je n’ai jamais été aussi malade de ma vie. C’est une maladie qui est trop encombrant, parce qu’on n’a le nez qui coule à tout moment. J’ai mal au dos partout», déclare-t-il.

Mamadou Samba BARRY/Walf Quotidien

Dr Yero MBOW, médecin généraliste : «80 % de nos consultations sont des malades grippés»

Ils sont de plus en plus nombreux les Sénégalais cloués au lit par la grippe. Une maladie qui n’est pas souvent prise au sérieux mais qui n’en fait pas moins de dégâts.

Médecin au Samu principal de Dakar, le Dr MBOW confirme les ravages que le virus est en train de causer.

«La grippe est causée par un virus que l’on appelle Myxovirus influenza. Elle se manifeste par des maux de tête, des céphalées, des écoulements au niveau du nez, des toux sèches, une pharyngite et de la fièvre surtout.

II n’y a pas de précaution particulière, parce que le vaccin n’immunise pas pour toutes les souches de grippe. Donc, être vacciné ne veut pas dire qu’on n’est protégé.

Dès les premiers signes, il faut aller se faire consulter parce que le traitement de la grippe est celui de symptômes. Mais il faut aussi éviter les boissons fraîches. S’alimenter chaud parce que les boissons fraîches accentuent les quintes de toux.

La contagion se fait par des gouttelettes de salives qu’on émette lors des quintes de toux ou juste partager une tasse de café ou de thé on peut attraper la grippe en chopant le virus. Ce n’est pas une maladie grave en tant que telle, c’est juste une maladie épidémique aiguë sur une période bien déterminée de l’année.

Mais parfois, il peut être sévère et créer des complications. Mais après deux à trois jours, on est guéri. Actuellement, depuis le mois de septembre, 80 % de nos consultations, les matinées, sont des malades grippés, c’est beaucoup quand-même.

Il faut une bonne sensibilisation des populations. Les gens ont tendance à utiliser des mouchoirs à papier, se moucher et les jeter dans la nature ou tousser sans protéger la bouche. Ce sont des facteurs par le biais desquels on peut attraper la grippe. Il faut une bonne éducation du malade, surtout les enfants qui vont à l’école.

S’ils sont grippés, il faut les garder à la maison. Avoir une tasse, une cuillère pour soit, pour éviter de propager le virus. Et ceux qui sont à côté des malades, dès qu’ils sentent les premiers signes, qu’ils aillent se faire consulter et prendre les bons médicaments pour traiter leur grippe», a observé le médecin dénéraliste.


LEAVE A REPLY