FATICK : UN PROJET DE PRÈS DE 5 MILLIARDS MET FIN AUX CORVÉES D’EAU DANS LES ÎLES DU SALOUM

383

Bassoul, 16 déc (APS) – Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, a procédé jeudi à Bassoul (Fatick, centre) à la réception des ouvrages du réseau d’adduction d’eau potable des îles du Saloum, un projet de près de 5 milliards de francs CFA visant à mettre fin aux corvées du liquide précieux auxquelles sont confrontées les populations de cette zone insulaire.

“Le projet d’un coût global de 4 milliards 600 millions de francs CFA va radicalement transformer la vie quotidienne des populations de ces îles. L’eau est distribuée continuellement. Le liquide précieux leur est vendue aujourd’hui aux prix de 275 FCFA/m3 contre 25 000 FCFA auparavant”, indique un document remis aux journalistes lors de la cérémonie officielle.

Selon le texte,”pour la première fois depuis l’indépendance, du Sénégal, les populations de ces îles ont accès facilement à de l’eau potable en quantité et qualité suffisante à un prix supportable “.

 

“Pour avoir de l’eau, rappelle-t-il, il fallait faire de longues distances en pirogue, la payer cher ou se contenter d’une eau de forte teneur en sel.”

 

L’approvisionnement des îles du Saloum “marque la fin d’une longue psychose installée par des années de pénurie d’eau récurrente imposant aux hommes et aux femmes des corvées quotidiennes […]”, déclare El Hadji Ndong, le maire de Bassoul, une localité rendue célèbre par l’ancien champion de lutte, Yahya Diop dit “Yekini”.

Selon lui, ces corvées d’eau sont “à la limite insupportables financièrement et physiquement, souvent loin de leurs foyers”.

 

“Malgré les efforts louables de Caritas Sénégal (en 1987) et du gouvernement (en 2013) qui ont fait des forages, la situation n’a pas varié. L’eau est restée salée. Aujourd’hui, ce sont ces populations, l’espoir en bandoulière, qui sont venues témoigner toute leur reconnaissance et leur gratitude envers les pouvoirs publics”, a-t-il rappelé.

 

Selon lui, “la vue de ces ouvrages modernes et imposants ayant traversé mer et terre pour amener de l’eau de la lointaine localité de Tassette(Thiès), permet de penser que les pénuries d’eau seront bientôt de vieux souvenirs”.

 

“Nous apprécions à sa juste valeur les réalisations faites. Les nouvelles perspectives qu’elles offrent aux populations sont nombreuses. L’allégresse est cependant teintée d’un regret, car des villages ne sont pas encore raccordés au réseau, à savoir Siwo, Rofangué, Maya, Falia”, a-t-il fait savoir.

 

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement a pour sa part assuré que “l’eau qui est distribuée est potable et d’une très bonne qualité”.

 

“Aujourd’hui, on ne parlera plus de corvée d’eau dans cette zone puisque l’eau est disponible en qualité et en quantité. Le président [de la République] nous a assigné comme objectif d’atteindre l’universalité en terme d’accès à l’eau potable”, a-t-il souligné.

 

“Présentement, nous en sommes aux alentours de 92% en termes

de taux d’accès et nous pensons atteindre les 100% d’ici trois à quatre ans”, a soutenu M. Faye.

 

Il a annoncé un programme dans le domaine de l’hydraulique qui sera financé par Exim-bank Chine et éxécuté dans la deuxiéme phase du programme d’urgence de développement communautaire (PUDC)’’.

 

Cette phase “va permettre à plus de 600 mille personnes d’accéder à l’eau potable avec la réalisation de 250 ouvrages hydrauliques composés de système multi-village”.

 

Le ministre conseiller Abdou Latif Coulibaly, le secrétaire d’Etat à l’hydraulique rurale, Diène Faye, le député-maire de Foundiougne, Babacar Diamé, le gouverneur de la région de Fatick, Souleymane Cissé, etc. ont pris part à la cérémonie officielle de mise en service des ouvrages hydrauliques des îles Saloum.


LEAVE A REPLY