LA DÉMISSION DU MAIRE DE SOKONE, MA PART DE VÉRITÉ

100

Les élections législatives du 30 juillet dernier ont livré leurs secrets en plaçant ainsi notre chère Commune Sokone au-devant de la scène et ceci nous le devons à notre « grand » Maire, « Petit GUEYE ».

En annonçant sa démission au lendemain de sa cuisante défaite devant son principal challenger le Ministre Abdou Latif COULIBALY, la tête de liste départementale de Foundiougne de la coalition Pôle alternatif / 3evoie SENEGAAL DEY DEM, par ailleurs Maire de la Commune de Sokone a fini par créer le buzz.

L’opinion nationale et internationale l’a entendu avancer les raisons qui l’ont amené à faire cette surprenante déclaration, installant ainsi un débat, par moment, stérile et inutile : un vrai amalgame. Ce dimanche 30 juillet, les Sokonois n’étaient pas appelés aux urnes pour élire un maire encore moins pour apprécier ou sanctionner le bilan d’un maire à mi-parcours, ils devaient choisir parmi les nombreux candidats têtes de liste départementale, qui élire pour représenter notre Département à l’Assemblée Nationale. Et ce jour-là les Sokonois ont choisi librement et massivement de voter pour les candidats de la liste Benno Bokk Yakaar.

Si dans le jargon mathématique, on dira que l’intersection entre ces deux élections n’est pas vide, je ne vois pas vraiment ce qui lie ces résultats avec un maire bien élu depuis 2014 pour l’amener à dire qu’il démissionne ou soumet sa démission au conseil municipal qu’il convoquera en session extraordinaire pour la bonne et simple raison que les Sokonois que nous sommes, avons rejeté son projet d’aller siéger au Parlement, c’est comme un chantage.

Non, Petit GUEYE n’allait jamais démissionner, j’en étais convaincu mais la réalité, il faut la chercher ailleurs. Certes il a créé le buzz mais il est passé à côté de la plaque, il s’est perdu dans ses stratégies.

Pour comprendre ce qui lui est arrivé, il faut remonter aux élections locales de 2014 et voir quelle a été la stratégie de Petit GUEYE qui l’a mené à la tête de la mairie de Sokone. D’abord je suis formel, il a été du parti REWMI de Idrissa SECK et en a incarné le leadership au niveau de local durant toute la période qui a précédé les élections ; ce parti est le premier socle sur lequel il s’est appuyé pour aller à la conquête de la mairie. Et quand la mayonnaise a pris, une forte coalition a vu le jour autour de sa candidature avec les appareils des partis politiques à Sokone que sont : le Mouvement pour la Démocratie et le Socialisme, MDS/Naxx jarinu (son leader à Sokone était investi tête de liste départementale de Foundiougne aux élections du 30 juillet dernier sur la liste ARD/AAR SENEGAAL), le PDS, le BOKK GUIS-GUIS et son parti le REWMI. Cette coalition étant purement politique, la stratégie était alors qu’il lance son mouvement citoyen pour capter l’électorat apolitique disait-il et qui avait adhéré à son projet de société et au phénomène « Petit GUEYE » que nous avions fini de vendre aux sokonois. Résultat obtenu, une large coalition dénommée AND JAPPO SUXALI SOKONE que les sokonois ont librement et massivement votée, tournant ainsi le dos à un autre fils de Sokone, Ministre de la République, M. Abdou Latif COULIBALY, tête de liste de la coalition BENNO BOKK YAKAAR aux locales de 2014.

Nous savourâmes une victoire historique et lançâmes les projets de Sokone puis arriva le Référendum. Et alors « Petit GUEYE » décida de rejoindre son adversaire d’hier pour qu’ensembles ils aient un cent pour cent (100%) de OUI à cette consultation populaire et montrer sa franche collaboration et sa disponibilité à la mouvance présidentielle. Sa stratégie d’alors était de courtiser le parti au pouvoir pour que l’Etat puisse accompagner ses projets qu’ils disaient lors de la campagne n’attendre rien de l’Etat pour leur réalisation parce qu’il avait déjà des partenaires prêts à l’accompagner.

Le parachèvement de ce compagnonnage au Référendum devait être un grand meeting de ralliement à la promenade des sokonois, finalement la montagne a accouché d’une souris et « Petit GUEYE » a fait du clair-obscur.

D’ores et déjà il ne se réclame plus d’aucun parti politique et a décidé encore de définir d’autres stratégies comme le mouvement IFANANG qui devait le porter aux législatives passées mais il atterrit à la coalition SENEGAAL DEY DEM que dirigeait l’ancien chef de la diplomatie sénégalaise sous le Président WADE, Dr. Cheikh T GADIO.

Et le 30 juillet passé, les sokonois étaient appelés encore à choisir parmi les candidats du Département de Foundiougne et ils ne l’ont pas choisi préférant voter massivement les candidats de BENNO BOKK YAKAAR, raison d’une démission annoncée qui était un non-événement. En votant cette liste, les sokonois n’ont pas sanctionné leur Maire mais c’est ce dernier qui s’est trompé de stratégie parce que voulant aller à des élections sans l’appareil d’un parti politique et surtout à ces législatives, c’était peine perdue.

Mon analyse m’amène à dire que le meilleur des scénarii qui pouvait lui arriver est qu’il gagne le département en perdant Sokone parce que c’est utopique de vouloir gagner à Sokone tout en perdant les appareils des partis politiques les plus significatifs qui composaient sa coalition victorieuse lors des locales et je demeure convaincu que si c’était à refaire dans ces mêmes cas de figure et à plusieurs reprises, il perdrait autant de fois.

Alors en annonçant votre démission, vous avez reconnu implicitement votre erreur stratégique et du coup trahi ces milliers de sokonois qui avaient cru en vous en 2014.

Monsieur le Maire vous saviez pertinemment que vous n’avez pas besoin du quitus du conseil municipal pour démissionner, vous vouliez le buzz, vous l’avez eu en faisant du tort au sokonois, vous n’en avez pas le droit car nous vous jugerons à l’heure du bilan.

Lamine CISSE, responsable de REWMI à Sokone.


LEAVE A REPLY