La jeunesse dorée de ces Diables Rouges

37

L’arrivée de cette génération de joueurs belges en demi-finale n’est pas forcément une surprise.

En effet, cela fait plus de dix ans que les observateurs du football belge encensent les Kompany, Witsel, Defour ou Fellaini. Retour sur leurs années à Anderlecht et au Standard.

La vie en mauve

Parmi les titulaires de cette épopée 2018, deux hommes ont marqué l’histoire d’Anderlecht : Vincent Kompany et Romelu Lukaku.

Le capitaine de la Belgique débute avec Anderlecht à l’âge de 17 ans. Très vite, il devient incontournable en défense centrale au point d’être nommé meilleur joueur de Belgique en 2004 alors qu’il n’a que 18 ans. Il reste à Bruxelles jusqu’en 2006 et remporte notamment deux championnats de Belgique. Par la suite, il joue à Hambourg puis Manchester City mais reste toujours attaché à Anderlecht.

L’histoire de Romelu Lukaku est semblable. Il n’a que 16 ans et 11 jours quand il débute pour l’équipe première des Mauves. Mais il a déjà cette stature physique impressionnante. En deux saisons avec les seniors, il inscrit 41 buts, une belle performance après avoir empilé 121 buts en 87 matches pour les équipes de jeunes. A tout juste 18 ans, il file à Chelsea contre 20 millions d’euros.

Le sang rouche

Un trident somptueux a marqué le Standard dans les années 2000. Un alliage de jeunesse, d’enthousiasme et de technique : Defour, Witsel et Fellaini. Si le premier n’est pas au Mondial russe à cause d’une blessure, les deux autres étaient titulaires contre le Brésil.

Le Standard remporte le championnat belge en 2008 avec ce trio comme poumon. Fellaini et Defour n’ont alors que 20 ans alors que Witsel est plus jeune d’un an. Steven Defour est même le capitaine de cette fabuleuse équipe entraînée par Michel Preud’Homme.

A l’été 2008, le trio sera cassé par le départ de Fellaini vers Everton. Defour et Witsel resteront jusqu’en 2011, ajoutant un autre titre de champion à leurs palmarès.

Si les Belges peuvent remercier Lille pour la formation d’Eden Hazard, il ne faut pas oublier que les excellents résultats des Diables Rouges actuels sont le fruit d’une longue tradition de développement de joueurs du cru dans des clubs comme le Standard ou Anderlecht.

Cet article La jeunesse dorée de ces Diables Rouges est apparu en premier sur Senepeople.

Advertisements

LEAVE A REPLY