La politique, a-t-on coutume de dire…

335


La politique, a-t-on coutume de dire, est l’art de gérer la Cité. Aujourd’hui, nous dirions plutôt qu’elle est l’art de gérer l’Etat, la République, la ” chose commune “. De ce point de vue, sa mission est noble. Ceux qui s’en occupent au quotidien sont couramment appelés “hommes politiques” Ils méritent le respect. C’est tout à leur honneur.

La Cité leur doit reconnaissance et gratitude. Ils sont totalement différents de cette autre catégorie vulgairement appelée “politiciens” qui, au fond, ne “roulent” que pour eux-mêmes et leurs “clans”, ne se préoccupent que de leurs intérêts personnels, une catégorie particulièrement égocentrique dont souffrent terriblement nos Pays. Ils sont manifestement les plus nombreux sous les Tropiques pour diverses raisons dont la moindre reste la dureté de la conjoncture économique qui pousse certains à s’exercer à la “politique politicienne” pour en faire un “gagne pain”… Or les affaires de la Cité sont autrement plus sérieuses que cela. Elles sont à la fois matérielles, spirituelles, humaines, financières, économiques, militaires, diplomatiques…et politiques.

Il s’agirait de les gérer efficacement, équitablement, proprement, avec toutes les vertus requises, voire de les développer et enfin de rendre compte au Peuple au nom duquel et pour lequel on les a gérées, libre à lui d’évaluer si la gestion à été bonne et vertueuse ou si elle s’est avérée mauvaise et gabegique et d’en tirer toutes les leçons appropriées. Cela pourrait être la vocation de l’homme politique.

Un citoyen au service de sa collectivité.

Farba Senghor

BUURSIIN

Advertisements

LEAVE A REPLY