Les Etats-Unis autorisent 8 pays à acheter du pétrole iranien

19

« L’imposition par le département du Trésor d’une pression financière sans précédent sur l’Iran devrait indiquer clairement au régime iranien qu’il fera face à un isolement financier et à une stagnation économique qui vont aller croissant tant qu’il ne modifiera pas foncièrement son comportement déstabilisateur », a expliqué le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, dans un communiqué.

Les Etats-Unis autorisent 8 pays à acheter du pétrole iranien

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a jugé pour sa part que ces sanctions allaient accélérer le déclin rapide de l’activité économique de l’Iran sur les marchés internationaux.

Plus de vingt pays, a-t-il dit, ont d’ores et déjà accepté de réduire leurs importations de pétrole. Il a par ailleurs révélé la liste des huit pays qui bénéficieront dans l’immédiat d’une exemption et pourront continuer à importer du brut iranien: il s’agit de la Chine, l’Inde, la Corée du Sud, la Turquie, la Grèce, l’Italie, le Japon et Taiwan. « Nous espérons qu’un nouvel accord avec l’Iran est possible », a ajouté Pompeo, rappelant que l’administration Trump s’était retirée de l’accord de juillet 2015 sur le nucléaire iranien avec l’idée de négocier un nouvel accord plus complet.

Steven Mnuchin a dit espérer que les nations européennes respecteraient ces sanctions – l’Union européenne a dit vouloir préserver l’accord de 2015 – et a indiqué que certaines transactions, notamment humanitaires, resteraient autorisées.

Dans le détail, 50 banques et filiales iraniennes sont concernées par les sanctions qui, dans le secteur des transports maritimes, portent sur plus de 200 personnes et bateaux. La compagnie aérienne Iran Air et plus de 65 de ses appareils sont également visés. L’Organisation iranienne de l’énergie atomique est également présente sur la liste des entités sanctionnées.

Ces mesures prises par le Bureau de contrôle des avoirs étrangers (Office of Foreign Asset Control, OFAC) du département du Trésor constituent une « part cruciale de la réimposition des dernières sanctions américaines liées au nucléaire (iranien) qui avaient été levées ou suspendues » dans le cadre de l’accord de 2015, ajoute le Trésor. « L’initiative de l’OFAC vise à interrompre la capacité du régime iranien à financer le large éventail de ses activités néfastes et exerce une pression financière sans précédent sur le régime iranien pour l’amener à négocier un accord exhaustif qui empêchera de manière permanente l’Iran d’acquérir l’arme nucléaire, qui stoppera son développement de missiles balistiques et mettra un terme à des activités néfastes », indique le communiqué du département du Trésor.

Tous les avoirs et intérêts des entités visées qui se trouvent aux Etats-Unis doivent être bloqués et signalés à l’OFAC. « En outre, les personnes qui s’engagent dans certaines transactions avec les entités désignées et identifiées aujourd’hui pourraient elles-mêmes s’exposer à des sanctions. »

Avec Setal.net, le meilleur reste à venir
Advertisements

LEAVE A REPLY