Pape Alé Niang votera pour quel «Sall» ? Par Serigne Babacar Dieng

102

Les ennemis d’hier peuvent devenir nos amis d’aujourd’hui et les amis d’aujourd’hui peuvent devenir nos ennemis de demain, c’est la vie. Tous ces gens qui sont au pouvoir étaient des opposants et étaient la plupart d’entre eux invités sur le plateau de Pape Alé Niang, mais les agissements de ce chroniqueur semblent être l’attitude d’un journaliste opposant, il «prend» la défense d’un «Sall» tout en «accusant» un autre «Sall» dans ses allocutions.

Depuis un certain temps, le pays semble être divisé en 2 «Sall», l’atmosphère qui y règne est devenu invivable, si un journaliste dit sa pensée, on lui reproche de rouler pour un «Sall» au détriment d’un autre «Sall» ou vice versa mais le hic, ces 2 politiciens ne sont pas seuls dans cette République, ils y vivent avec les 14 millions de sénégalais.

Depuis quand Pape Alé Niang est devenu opposant se demandent certains et pourtant c’est sur son plateau que les Macky Sall, Seydou Gueye et consorts venaient dénoncer les dérives du pouvoir de Me Abdoulaye Wade. Si certains pensent que le chroniqueur ne rate jamais l’occasion de mettre à découvert les défaillances du régime de Macky Sall avec des preuves à l’appui mais ils souhaiteraient tout de même qu’il soit neutre en invitant les opposants sur son plateau au lieu de faire leur travail à leurs places. Comment comprendre cet acharnement de Pape Alé Niang sur la personne du Président Macky Sall surtout depuis l’arrestation arbitraire ou non de Khalifa Sall, à la limite, on dirait qu’il a une dette envers le maire de Dakar, en tout état de cause le Chef de l’Etat ne perdra pas son temps pour un chroniqueur qui fait son travail comme il l’entend. Et ce qui est insolite, Pape Alé Niang a beaucoup œuvré à l’élection du président Macky Sall. Pour des raisons personnelles, ces journalistes, Abdou Latif Coulibaly, Yakham Mbaye, Souleymane Jules Diop entre autres ont choisi de travailler à la présidence tandis que Pape Alé Niang a choisi d’être une sentinelle de la République, c’est son droit d’être politicien et de s’opposer à qui il veut mais s’il n’équilibre pas l’information certains penseront à la longue qu’il a dû mal à dire des choses positives sur le président Macky Sall. Certes, le président de la République a promis au peuple sénégalais un océan de promesses auxquelles il n’a pas tenu hélas, un gouvernement de 25 ministres, un mandat de 7 ans, mettre fin à la transhumance etc.…, conclusion: l’analyse de Assane Bocar Niane, membre de Pastef de Ousmane Sonko semble lui donner raison «De la gestion sobre et vertueuse, au népotisme et à l’arbitraire». On est dans un pays démocrate, chacun a le droit de dire ses sentiments, doit-on lui laisser faire son rôle d’opposant comme le souhaite certains, en tout cas, un vrai journaliste doit équilibrer l’information car pouvoir et opposition sont tous des sénégalais et le peuple a besoin d’analyses équilibrés.

Dans une République qui se respecte, il faut qu’il ait des sentinelles, des gens qui parlent, qui dénoncent les dérives du pouvoir en place, si certains sont satisfaits d’autres ne le sont pas. Quand Souleymane Jules Diop et Abdou Latif Coulibaly déversaient leur bile sur Me Abdoulaye Wade où étaient les détracteurs du journaliste qui veulent qu’il se taise, pour beaucoup, il faut laisser à Pape Alé Niang le soin de dénoncer, il y va de l’intérêt de la démocratie. Au fait, Pape Alé Niang votera pour quel «Sall», on ne trahit pas le secret du vote d’un individu mais vu la tendance de ses chroniques, on peut deviner à 99% ce qu’il prévoit de faire…

Serigne Babacar Dieng

diengserignebabacar@gmail.com


LEAVE A REPLY