PRO A : Le pivot Youssou Ndoye élu #DLSIxièmeHomme de la 14e journée

15

Bourg-en-Bresse vient de créer 2 exploits consécutifs en s’imposant à l’Astroballe et à Ekinox face à Strasbourg. Si Zachery Peacock est toujours au top, c’est son coéquipier Youssou Ndoye qui a été le facteur X face à la SIG. Il est donc le #DLSIxièmeHomme de la J14 ! 

Youssou, avec 31 d’évaluation contre Strasbourg, vous avez été le joueur le plus productif de cette 14ejournée ainsi qu’élu #DLSIxièmeHomme de la journée. Quelle image garderez-vous de ce match face à la SIG ?

Je pense que c’est sans doute l’un des plus grands matches que j’ai pu disputer depuis que je suis arrivé en France. Pas seulement au niveau de mes statistiques personnelles, mais côté ambiance dans la salle, scénario du match, suspense, etc. Rajoutez à cela la prolongation, la salle qui était en feu et un adversaire qui fait partie depuis des années des meilleurs clubs français. Non, franchement, c’était une rencontre géniale à disputer ! Surtout qu’on avait 20 points de retard à la mi-temps (-18, en fait, ndlr). Ensuite, on a su revenir petit à petit. Ce match ressemblait un peu à celui contre l’ASVEL, sauf qu’à l’Astroballe, nous étions revenus avec des paniers de fou à trois-points, avec une adresse énorme, alors que là, notre retour s’est fait au courage, en bataillant dessous.

De votre côté, votre rôle, face à l’ASVEL, avait été nettement plus limité (zéro point et un rebond en 17 minutes)…

(Il rigole) Ouais… C’est sûr. Contre l’ASVEL, beaucoup de choses défavorables pour moi se sont passées et c’était un match très différent.

On dit souvent que la LNB n’est pas forcément une ligue favorable pour les joueurs de grande taille, avec beaucoup de petits intérieurs mobiles. Avez-vous eu ce sentiment depuis votre arrivée ?

Oui, parfois, c’est vrai. Zach (Peacock, son coéquipier à Bourg, ndlr) en est un bon exemple : tous les pivots qui dominent ici ou presque sont des undersized big men, comme on dit. Pour moi, c’est parfois difficile, parce que tu vas oublier que tu es plus grand que les autres et tu récoltes des fautes idiotes ou que tu perds des balles bêtement. Mais j’adore la Pro A et j’ai beaucoup aimé la Pro B. Et quand je suis en forme et pas blessé, je pense vraiment que je peux jouer tout le monde ici et même être dominant grâce à ma taille et ma puissance.

Avec 8 victoires pour 6 défaites, la JL est revenue dans le « paquet » des 4e de la Pro A. Vous attendiez-vous à un début de saison aussi bon en tant que promu ?

Oui, franchement oui ! Même l’année dernière, j’avais le sentiment, en regardant les matches sur SFR Sport, que nous avions pratiquement une équipe qui pouvait tenir la route en Pro A. Et j’étais sûr qu’en ajoutant un ou deux gars avec de l’expérience l’été venu, on allait être vraiment compétitif en Pro A. D’ailleurs, je pense même qu’on pourrait très bien être mieux classé encore. Dans les défaites qu’on a subi, on n’a jamais été vraiment dominé, mais on a perdu contre des équipes qui ont juste un petit peu plus d’expérience et de roublardise que nous. Jusqu’à présent, bizarrement, on a perdu des matches à notre portée et remporté des victoires quand tout le monde nous voyait battus. Je crois qu’on manque un peu de concentration contre les plus petites équipes…

Victoire à l’Astroballe, face à la SIG à Ekinox, pour compléter des Journées de Noël parfaites, il vous faut maintenant gagner à Limoges…

On va essayé de terminer l’année en beauté, oui. Limoges, c’est une des très grandes équipes de l’histoire du basket français et qui joue très bien en ce moment. Ils ne sont pas 2e du championnat pour rien et l’EuroCup leur apporte aussi beaucoup en devant jouer dix matches de plus que nous contre de très bonnes équipes continentales. Cela va être un match très difficile, surtout que Biruta ne sera pas là. On n’a pas encore le résultat de ses examens, mais nous savons déjà que c’est plutôt grave.

Entre Fréjus Zerbo, Tautyvas Lydeka et Mam’ Jaiteh, il y a de jolis bébés dans la raquette de Limoges…

Oh oui ! Cela va être un sacré challenge. Il ont des big men très physiques, dont Mam’ avec qui j’ai fait pas mal de workouts NBA à l’été 2015 avant la draft. Je crois qu’on s’est retrouvé 3 ou 4 fois ensemble cet été là, donc je le connais un peu. Comme contre la SIG, il va falloir que Zach et moi bataillions fort sous les panneaux si nous voulons gagner.

LEAVE A REPLY