Saïf al-Islam Kadhafi se présentera à la présidence de la Libye en 2018

29

Un porte-parole de la famille a divulgué l’information à la télévision égyptienne. Saïf al-Islam Kadhafi, deuxième fils et ancien héritier présomptif du dirigeant révolutionnaire Mouammar Kadhafi, a confirmé à la télévision égyptienne, par l’intermédiaire d’un porte-parole de la famille, Basem al-Hashimi al-Soul, qu’il tentera de se présenter aux prochaines élections présidentielles en Libye. .

Alors que la Libye reste un Etat en faillite à la suite de la guerre de l’OTAN contre la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire socialiste en 2011, beaucoup ont mis leurs espoirs sur Saïf al-Islam Kadhafi qui, depuis sa libération cette année, fait le tour du pays pour obtenir un soutien parmi les nombreuses factions tribales de la Libye.

Selon son porte–parole,

« Saïf al-Islam Kadhafi, le fils de l’ancien président libyen, bénéficie du soutien des principales tribus libyennes pour pouvoir se présenter aux prochaines élections présidentielles prévues en 2018.

Saïf al-Islam envisage d’imposer plus de sécurité et de stabilité en accord avec la géographie libyenne et en coordination avec toutes les factions libyennes « .

La Libye est actuellement engagée dans une lutte de pouvoir multidimensionnelle sans un seul gouvernement unificateur. Saïf al-Islam envisage de changer cela en réunifiant le pays comme son père l’avait fait en 1969. Cependant, après des années d’ingérence occidentale, il a du pain sur la planche.

Pendant des années, plusieurs factions se sont affrontées. À l’heure actuelle, les principales factions sont le gouvernement d’entente nationale largement pro-occidental à Tripoli et la Chambre des représentants libyenne soutenue par l’Egypte avec la bienveillance de la Russie dans la ville de Tobrouk, dans l’est de la Libye. L’armée nationale libyenne, dirigée par le loyaliste Khalifa Haftar, est l’armée la plus forte de la Libye et la seule armée vraiment unie. En revanche, le gouvernement d’entente nationale naissant est constamment assiégé par une faction rivale de Tripoli, le gouvernement du salut national, alors que toutes les forces combattent (ou dans le cas des factions de Tripoli, ne pouvant pas se battre) des terroristes associés à al-Qaïda, Frères musulmans et Daech.

Libye 1 20171218Ressusciter la Libye et la ramener à la normale est un travail monumental. En quelques années, une guerre de l’OTAN a fait passer la Libye d’un État riche et uni, doté d’un niveau de vie élevé et d’une alphabétisation presque universelle, à un camp d’entraînement terroriste en plein air, construit au sommet d’un État défaillant.

Jusqu’ici, les seuls signes de salut sont venus sous la forme de victoires militaires de l’armée de Haftar qui a réussi à nettoyer Benghazi de nombreuses forces terroristes. Le problème est cependant que, tandis que l’action de l’armée nationale libyenne de Haftar est couronnée de succès, la Chambre des représentants libyenne pour laquelle elle lutte, se bat aussi de son côté pour mettre en place un programme politique cohérent à l’échelle nationale.

Libye 2 20171218C’est là que Saïf al-Islam pourrait entrer en scène. Lorsque Saïf a été libéré de prison, de nombreuses scènes de supporters brandissant le drapeau vert de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste sont descendues dans la rue. Contrairement à l’Irak par exemple, qui a des divisions sectaires ethno-religieuses authentiques et difficiles, la Libye est presque entièrement musulmane sunnite, bien que la très petite minorité chrétienne qui bénéficiait de la protection de Kadhafi ait été décimée depuis la guerre de l’OTAN.

Alors que le gouvernement d’entente national soutenu par l’Occident ne reconnaît pas l’amnistie accordée à Saïf al-Islam par des factions rivales, ce gouvernement faible est en réalité beaucoup moins populaire dans certaines parties du pays que Saïf al-Islam en personne et chez les factions tribales auxquelles il demande à nouveau la loyauté.

Libye 3 20171218Ethniquement, la plupart des Libyens sont soit des Arabes, soit des Berbères arabisés. Alors que sous Kadhafi, la Libye comptait une importante minorité noire africaine, malheureusement, beaucoup de ces personnes qui vivaient bien en Libye ont été soit tuées, soit chassées dans les États voisins par des terroristes Takfiri.

Tout cela concerne un pays qui n’a pas tellement de divisions ethniques ou religieuses, mais plutôt de profondes divisions tribales. Avant la révolution de Kadhafi, la Libye était économiquement en retard et sous l’emprise des tribus locales qui avaient peu d’intérêt à former un pays moderne unifié. Cette vieille Libye était dirigée par le léthargique roi Idris qui fut renversé par le jeune Kadhafi en 1969.

Kadhafi a changé tout cela, apportant la modernité, l’unité, les soins de santé de classe mondiale, la richesse publique, l’irrigation dans le désert et les équipements technologiques pour les Libyens. Malheureusement, depuis 2011, la Libye est revenue à un âge sombre.

Libye 4 20171218

Beaucoup pensent de plus en plus que, à cause de sa lignée et de son apparente intelligence (mais pas assez intelligent pour voir la trahison de l’Occident vis-à-vis de son père), Saïf al-Islam pourrait devenir une figure unificatrice dans le pays.

S’il est vrai qu’apporter une unité à la Libye est un défi de taille, Saïf devra probablement traiter avec Haftar, d’autant plus que le soutien de Haftar pourrait être crucial dans ce qui passerait pour une élection dans la Libye post-OTAN.

Khalifa Haftar était autrefois un officier loyal dans la Libye de Kadhafi mais à la fin des années 1980, pendant la guerre avec le Tchad, il s’est brouillé avec Kadhafi et a couru aux États-Unis où il est devenu un citoyen américain. De retour en Libye, son programme politique laïc, ses compétences militaires éprouvées et le soutien de l’Egypte laïque l’ont transformé en un modéré dans un état défaillant aux prises avec différents extrêmes Takfiri.

On ne sait pas comment Saïf al-Islam sera capable de travailler avec un homme considéré comme un raté et un traître par son père, mais rien ne sera vraiment possible si deux hommes avec un programme politique théoriquement similaire pour la Libye ne pouvaient pas au moins tenter de travailler ensemble dans une certaine mesure.

M.Haftar vient de déclarer que le gouvernement d’entente nationale soutenu par l’Occident a perdu toute sa légitimité, son mandat officiel ayant expiré le 17 décembre.

Haftar a dit :

« Le 17 décembre 2017, le soi-disant accord politique prend fin, et tous les organes formés en conséquence perdent automatiquement leur légitimité, qui était controversée depuis le premier jour.

… Nous rejetons fermement la méthode de menaces et d’intimidation et promettons au peuple libyen que nous allons le protéger ainsi que ses capacités et institutions jusqu’au dernier soldat dans nos rangs, et déclarons aussi notre refus de nous soumettre … à n’importe quelle partie, quelle que soit la source de sa légitimité, s’il n’était pas élu par le peuple libyen « .

C’est une indication claire que Haftar ne cherche pas à parvenir à un compromis avec le corps naissant et corrompu à Tripoli, mais peut-être cherche-t-il soit à diriger le pays lui-même, soit à s’associer avec un autre organisme ou leader.

Un choix clair pour Haftar, si les différences personnelles / historiques peuvent être aplanies, serait de s’associer avec Saïf al-Islam Kadhafi, car les deux leaders représentent une idéologie similaire et généralement parmi les aspirants politiques en Libye, ont réellement de l’expérience et de la crédibilité. Fondamentalement, Saïf al-Islam et Haftar ont tous deux un adversaire commun sous la forme de gouvernements occidentaux qui ont voulu soutenir le gouvernement d’impuissance, incapable et inefficace.

L’avocat et représentant public de Saïf, Khalid al Zaidi, a adopté un ton optimiste à l’égard de la capacité de Saïf à unir la Libye dans une déclaration publique récente.

Après avoir qualifié Saïf de «seul espoir» de la Libye, son avocat a déclaré: «La situation actuelle en Libye, l’absence de dialogue et l’incompréhension de la situation actuelle rendent essentiel que Saïf al-Islam Kadhafi revienne en politique pour tenter de parvenir à un règlement politique « .

Il a continué,

« Il a été fréquemment rapporté que Saïf al-Islam a quitté la Libye, mais ce n’est pas vrai. Il communique avec les dirigeants libyens, les représentants des tribus pour parvenir à une solution politique et apaiser les parties en conflit « .

Alors que la Cour Pénale Internationale discréditée a émis un mandat d’arrêt contre Saïf en 2011, en 2013, l’ONU a déclaré que son incarcération était «arbitraire».

S’il y a quelque chose dont Saïf est trop coupable, c’est de toute évidence la confiance envers les partenaires occidentaux de son père qui ont fini par envahir et détruire la Libye en 2011, moins d’une décennie après le rapprochement très public entre la Libye et les États-Unis en 2003.

La Libye est passée d’une lumière brillante dans la constellation de l’Afrique à l’un des endroits les plus dangereux et les plus sombres de la planète. Un tel pays a besoin de toute l’aide possible pour se rétablir. Saïf al-Islam se doit, pour lui-même et pour son pays, d’essayer au moins de voir s’il peut réussir à faire ce que personne n’a pu faire jusqu’ici.

Par ADAM GARRIE

LEAVE A REPLY