Serigne MBOUP: – Vive la Sénégambie émergents

43

Madame la Vice-Présidente de la République de Gambie,
Monsieur le Ministre des affaires Etrangeres et des sénégalais de l’Exterieur

Mesdames Messieurs les Ministres,

Monsieur le Secrétaire exécutif du secrétariat Sénégalo-Gambien
Mr le président de la chambre de commerce de la Gambie

Mesdames Messieurs les Directeurs de Société,

Chers Invités en vos rangs et Grades et qualité

C’est avec un grand plaisir que je participe à cette manifestation où j’ai l’honneur de m’exprimer.

Tout d’abord je remercie les deux présidents à savoir :
– son excellence monsieur Macky Sall et son excellence Monsieur Adama Barrow qui ont créé un environnement de paix, sécurité et de confiance qui a permis l’organisation de cet événement.
Je remercie toute l’équipe du secrétariat permanent avec à leur tête Ambassadeur Paul Badji et son adjoint Sheikou Diadhiou
Je salue aussi l’organisation parfaite de l’évènement par de kys group dirigé par mon ami Yoro Dia qui joue un Role très important pour etablir des ponts entre les deux pays.

La Gambie et le Sénégal sont deux pays souverains, mais avec un même peuple. Donc nous devons vivre ensemble de la meilleure manière pour renforcer notre économie.
Mon père me disait que «Bokk nekh neu lol way bokk affair mo ko dakh ».MBOKKA NANOU BOOK AFFAIRE

Chers chefs d’entreprises, notre rôle est de mettre en place un partenariat en collaboration avec nos frères. Je sais que la plupart d’entre nous l’ont déjà fait ,ou le ferons prochainement. Je prends l’exemple du Groupe CCBM: dans les années précédentes, nous avions installé en Gambie une entreprise dans le domaine de l’Electronique et de l’Automobile, avec un transfert de notre savoir faire. C’était notre objectif avec notre partenaire Mohamed Dia ici présent qui a su développer d’autres domaines tels que la banque et les télécoms. Aujourd’hui Il est en train de faire la même chose dans d’autres pays. Je tiens à le féliciter. Je félicite également le président de la chambre de commerce de Gambie, mon ami Mohamed Diagana qui nous avait fait l’honneur de sa présence lors de la dernière Foire Internationale de Kaolack avec une forte délégation.

Depuis lors, nous avons maintenu de bonnes relations et nous avons noué des partenariats notamment notre participation à la Foire de Gambie. A deux reprises nous avons eu le privilège d’être reçus par le président de la République de Gambie. A chaque fois il a fait preuve de considération en montrant qu’il comptait sur le secteur privé des deux pays

M’adressant plus particulièrement à notre Ministre des Affaires étrangères, mon cher Sidiki Kaba vous avez fait un travail remarquable à cote du président de la république dans le domaine de la justice et que vous nous avez innové en nous mettant sur pied un trubinal de commerce qui sera composé une partie des juges professionnels consulaires ce qui prouve votre confiance au secteur prive, nous vous félicitons . Aujourd’hui le président de la république vous a fait confiance à vous confiant l’image du Sénégal je vous encourage mais nous voulons que soyez l’avocat de la diplomatie economique. Remettez la robe et faites vous l’avocat de la diplomatie economique.

Comme vous le savez, sur la scène internationale, l’Etat n’a que deux acteurs : le diplomate et le soldat
En temps de paix les diplomates doivent être des soldats au service de l’économie permettant ainsi au secteur privé d’être le troisième acteur car nous avons tous le même objectif, la grandeur et le rayonnement de nos pays
J’affirme et je témoigne de votre dynamisme est vraiment à la hauteur de l’ambition du président de la République dans le Plan Sénégal Emergent.
Monsieur le ministre, beaucoup de pays émergents aujourd’hui étaient au même niveau que nous en 1960. Ils ont su développer leurs sociétés, en les privilégiant, en les encadrant pour enfin les appuyer sur leur marché intérieur.

Mesdames Messieurs, nos entreprises sont confrontées à une forte concurrence de puissantes entreprises étrangères qui bénéficient du soutien de leur Etat par la mise à leur disposition de fonds bonifiés inaccessible pour nous. Ils sont les bienvenus certes .
Et après elles auront toutes les possibilités de nous bousculer sur notre marché intérieur mais nous devons faire comme eux. Que les expériences et les savoir-faire restent avec nous afin de nous permettre de les rattraper.
Monsieur le ministre, connaissant votre leadership, nous vous suggérons, pour régler ce déséquilibre il suffirait tout simplement de reconsidérer le terme de : « entreprises communautaires ». Elles deviendraient alors une entreprise dont le capital est détenue en majorité par des nationaux au lieu d’être juste communautaire parce qu’immatriculé dans la communauté.
Cela mettra tout le monde à l’aise et permettra un transfert de technologie et de savoir-faire pour nos générations futures.
Tous les pays dits émergents comme la Chine, la Corée du Sud etc.…, sont passés par là ce qui est à l’origine de leur indépendance économique
A l’état actuel une personne non ressortissante communautaire qui se trouve n’importe où dans le monde peut créer une entreprise e et venir concurrencer nationaux alors que nous nous n’avons pas ces privilège chez eux

Pour ce qui est des fonds, nous proposons que le secteur privé est dispose à étudier avec l’accord de nos gouvernements des possibilités de prélèvement obligatoire pour constituer un fond d’appui à l’exemple des différents prélèvements comme le Cosec, la Caisse de sécurité sociale, l’Ipres, la Caisse de dépôt… pourraient permettre d’avoir des financements ou des fonds qui peuvent nous aider à faire des investissements internes. Sans faire recours tout le temps sur des fonds étrangers qui sont très contraignant pour nos etats et incessibles au prive national
Madame la vice-présidente, Monsieur le Ministre, chers invités je ne mets pas en cause la coopération avec les pays occidentaux mais c’est juste un déséquilibre que on doit corriger. Pour le corriger, il faut etre fort et la force est dans l’unité. C’est pourquoi je me félicite de l’organistion de ce forum. Nous demandons un partenariat basé sur le transfert de technologie et savoir-faire pour que l’Afrique prenne son destin à main
Je suis tout à fait en phase avec le président français Emanuel Macaron qui disait je le cite « Depuis des siècles l’Afrique et l’Europe partagent une histoire commune qui leur permet de faire face, ensemble, aux défis qui les attendent. L’heure a sonné pour Union européenne de dépasser son rôle de principale bailleur de fonds pour proposer un « new deal »a son partenaire africain…..Fin de citations
Et pour cela Monsieur le Ministre, nous aurons souhaité que nos administrations fassent plus d’efforts à promouvoir nos entreprises et à leur trouver des débouchés.
.
Pour accomplir ce mandat, nous privés nous devons faire effort d’unité et avoir une bonne orientation mais aussi l’Administration gagnerait à faire davantage confiance aux opérateurs économiques nationaux, les aider à trouver des marchés qui sont sources de financements. Une entreprise se valorise par son marchés et par sa production et non par son capital.
Mesdames, Messieurs, pour nous les chambres de commerce le développement repose en grande partie sur le commerce qui est un service nécessaire pour toute activité. Par exemple : l’agriculteur a besoin d’acheter ses semences, son engrais et ses outils. Après sa récolte il aura besoin de commercialiser sa production. Il en est de même pour l’éleveur, le pêcheur, l’artisan, ou le transporteur, l’industriel qui posent des actes de commerce dans le cadre de leurs activités. C’est dans cette logique que les chambres de commerce, d’industrie et d’agriculture ont été créées avec une statue publique
Nous demandons votre appui pour les rendre plus forts
Je tiens a affirmer que votre ministère fait de son mieux pour renforcer cette collaboration.
Aussi pour l’intégration, nous devons trouver des solutions pour lever les obstacles qui bloquent l’intégration notamment le transport. A titre exemple les coûts de transport des marchandises mais aussi le transport aérien entre nos deux pays coûtent relativement plus chers que vers l’Europe

L’intégration serait difficile si le transport d’un container entre Banjul et Dakar est au même prix que le transport d’un container vers les pays européens ou autre.
Le billet d’avion Dakar-Banjul, est équivalent à un Dakar-Paris ou Casa. Paradoxalement la desserte etait aussi assurée par une compagnie étrangère mais je note l’arrivée de Transair que je salue.

Une des solutions que je préconise serait de supprimer les taxes aéroportuaires pour les compagnies sénégalaises et gambiennes.
Aussi le cout de téléphone entre les deux pays. Il devrait etre considéré comme des appels locaux et non des appels internationaux
Le passage des frontières pour les personnes est aussi en question. Les deux polices d’immigration pourraient se faire confiance et opter pour un seul contrôle.
C’est juste des rappels mais je sais que les présidents ont déjà pris en charge toutes ces préoccupations a l’exemple du partenariat entre senelec et mwa et d’autre

Je ne saurai terminer sans lancer un appel pour notre secteur privé sénégalais, Il faut prendre l’exemple de la Gambie qui aujourd’hui dispose d’un seul patronat, avec la chambre de commerce qui sert d’interface entre le secteurs privé et le public.
Nous ne devons pas passer notre temps à nous disputer ou à revendiquer, essayons d’être ensemble pour créer un cadre de partenariat et de dialogue avec le gouvernement et montrer notre savoir-faire.
Je vous réaffirme que la nouvelle génération d’opérateurs économiques sénégalais et gambien est prête à relever le défi du développement économique et social.
A ce titre Mesdames Messieurs, je veux juste rappeler trois défis a lancés:

– « Réussir à faire bouger l’économie nationale avec nos
Entreprises locales »

– « Oser aller là où personne n’est jamais allé »

– « Fédérer et animer pour un secteur privé Fort dans un
Sénégal gambia Emergents »

– Vive la diplomatie économique sénégalo sénégalaise

– Vive la Sénégambie émergents
Je vous remercie pour votre aimable attention.

Serigne MBOUP


LEAVE A REPLY