Vidéo : Accrochage entre talibés Kara et « Dahira » Moukhadimatoul Khidma: « ce qui s’est réellement passé » Regardez

49

« Ce qui s’est réellement passé entre Serigne Modou Kara et les membres de notre Dahira…« , Makhtar Kane, chargé de la communication du « Dahira » Moukhadimatoul Khidma a voulu lever un coin du voile lors de l’accrochage

qui a eu lieu entre le leader de « Bamba fepp » et les membres de son « Dahira », à la grande mosquée de Touba, la nuit du jeudi à vendredi dernier.

Selon Makhtar Kane, Serigne Modou Kara a voulu « transgresser les règles » de la Grande mosquée de Touba en « forçant » le barrage. « Il y a certaines choses qu’on ne va jamais accepter dans l’enceinte de la Mosquée. Il (Kara) est venu avec une forte délégation, accompagné de caméras. On se connait, mais à son arrivée, il ne s’est pas approché pour nous dire l’objet de sa visite et pourquoi la présence des caméras. S’il l’avait fait, il n’y aurait eu aucun problème« , a tenu à préciser le chargé de communication du « Dahira », dans un entretien avec le journal l’Obs.

Il poursuit: « Déjà, le groupe était composé d’hommes et de femmes, chose interdite dans la mosquée, sans compter les caméras. Nous ne permettrons à personne de transgresser les règles de la Mosquée. S’il (Modou Kara) était venu nous expliquer ce qu’il voulait faire, les choses n’allaient pas connaitre cette tournure. A un certain moment, il a compris et dit à ses lieutenants qu’ils devaient d’abord demander l’autorisation du ‘Dahira’. Mais, ses hommes n’ont pas voulu l’écouter. Même le président de la République doit respecter ces règles, c’est une obligation. »

Et c’est parce que Kara a voulu, selon Makhtar Kane, « insister« , qu’ils ont « campé » sur leur décision, d’où la bagarre entre les deux camps. « Nous n’avions aucune intention de nous bagarrer avec lui. Il est à la fois un père, un oncle, un neveu, un fils… Après l’interdiction il a fait une déclaration. Mais, il devait commencer par là, en nous expliquant l’objet de sa visite« , renchérit-il.


LEAVE A REPLY