Zambie : les poupées sexuelles pour lutter contre la prostitution, le viol, la pédophilie…

114


Un phénomène inédit en Afrique a fait son apparition en Zambie : les poupées sexuelles. Les fabricants à l’instar de l’entreprise Abyss Creations justifient l’invention de ces poupées comme étant le meilleur moyen « de lutter contre  la prostitution,  mais aussi de contribuer à l’éradication des fléaux comme les viols, le proxénétisme ou le trafic sexuel », rapporte afrikmag.com.  L’autre raison évoqué par les fabricants est que grâce à ces  objets sexuelles, les handicapés pourraient enfin combler leur vide sexuel.

Mais le problème évoqué pour inventer ces poupées risquent de n’être jamais résolus étant donné le coût exorbitants de ces belles sans vie.

En effet, le prix moyen des poupées varie entre 2000 dollar (soit 1 million F Cfa) et 10.000 dollar (5 millions F Cfa), selon les « fonctions ou applications » qui vont avec, précise afrikmag.com. Donc selon toute vraisemblance,  le marché sera  restrictif,  des poupées seront destinées à une certaine classe de personnes.

Toujours est-il que leur mise en circulation sur le marché en Zambie  ne fait pas l’unanimité. Les autorités zambiennes sont prêtes à prendre les dispositions nécessaires pour interdire la commercialisation du produit.

Selon elles, «ces poupées sexuelles contribuent à l’expansion de la débauche sexuelle et à la perversion des mœurs autant que l’homosexualité », écrit afrikmag.com. Les autorités zambiennes fondent leur mesure d’interdiction sur l’article 177 du code pénal.

Tout compte fait, la police zambienne, reste aux aguets face  à cette affaire. Esther Katongo, la porte-parole de la police,  a clairement dit que  la police  va «arrêter toute personne qui sera surprise en flagrant délit d’importation, de vente ou d’utilisation des poupées sexuelles ».

Une mesure d’interdiction  qui rencontre l’adhésion  de certains Zambiens qui  estiment que cela permettra de   préserver les valeurs africaines de la société zambienne, rappelle afrikmag.com.

LEAVE A REPLY