Cameroun : COMMENT l’ANCIEN MINISTRE MEBE NGO’O A COMMANDITÉ L’ASSASSINAT D’UN JOURNALISTE

22

En classe de première à l’époque, dans mes lectures de journaux, je
suis tombée sur un papier intitulé “lettre ouverte du journaliste Jules
Koum Koum au Ministre Edgard Alain Mebe Ngo’o”. Cette dernière, était en
réalité un droit de réponse face à la réaction de l’ex ministre suite
aux premières révélations du journaliste relatant ses malversations
managériales (parmi lesquelles l’affaire MagForce) impliquant également
sa femme et ses proches collaborateurs. J’ai rapidement cherché à lire
ses premières révélations car, je trouvais les détails qu’il donnait
dans la seconde lettre très précis.
Je me souviens avoir été choqué par celles-ci (les révélations),
qui mettaient en avant une avarice terrible dont les membres de notre
gouvernement détiennent particulièrement le secret! Je me souviens aussi
avoir été choqué par le fait qu’il (l’ancien ministre) tentait
d’acheter son silence…que dire des intimidations dont le journaliste
disait être victime (prévisible vu à qui il s’attaquait: “c’était le
Mindef”)!
 

 
J’ai commencé à faire des petites recherches sur ce journaliste
tellement j’admirais son courage et je me suis rendue compte que, ce
rédacteur en chef du bimensuel indépendant “Le Jeune Observateur”, avait
été auparavant arrêté et condamné à 6 mois de prison en Janvier 2005
pour diffamation à cause de ses articles dénonçant la corruption et les
détournements des deniers publics. Sa libération ayant été obtenue grâce
à la mobilisation de “Reporters Sans Frontières” et d’autres ONG.
 
Et j’ai eu une immense douleur, une douleur révoltante quand j’ai
su qu’il avait finalement perdu la vie dans les circonstances troubles
(“accident de la route”) le 04Novembre 2011 après sa lettre à Mebe
Ngo’o…avec une enquête ouverte et jamais refermée. Et je me disais
Seigneur quelle injustice! Et sa famille? Et ses amis et ses collègues?
Les pauvres! Qui les rendra justice? Par ailleurs sauront-ils un jour la
véritable version des faits? Mon esprit était troublé et peiné!
 
03 ans plus tard, Jean Lambert Yene Abega, ex- agent secret de Mebe
Ngo’o, relata enfin les circonstances de sa mort (Cf Cameroon-Info.Net
du 17 Janvier 2014). Lesquelles circonstances on s’en doutait un peu à
la vérité! Il affirma alors que loin d’être un accident, c’était une
mission commandée visant à mettre définitivement hors d’état de nuire ce
journaliste qui devenait fort gênant. Mort au volant de sa voiture à
Yaoundé, percuté par un camion-grumier conduit par un chauffeur qui a
pris la fuite, il avoua que cette vie perdue était en réalité l’oeuvre
de trois  principaux protagonistes: lui-même , Jean Lambert Yene Abega
(ex-Agent Secret); le colonel Henri Robert Bidga (commandant de la
division de la sécurité militaire) et bien-sûr sous la coordination
d’Alain Edgar Mebe Ngo’o (ministre de la Défense à cette époque).
 
L’ex agent secret a alors livré plusieurs détails sur cette mort
inutile! Un petit apaisement commença pour moi car, je me disais comme
pour me consoler: “au moins maintenant les siens savent ce qui s’est
passé” c’est un pas! Mais y a t-il plus grande douleur que de savoir,
mais de voir tout de même l’auteur de l’acte en toute liberté, presque
intouchable? Finalement aucun apaisement!
 
8 ans plus tard, après l’horrible crime, le voici (Mebe Ngo’o) mis
aux arrêts à la Prison centrale de Kondengui pour cette même sombre
affaire d’achats des tenues militaires livrées par la société de
fourniture MagForce au Ministère de la Défense au moment où il était à
sa tête et pour laquelle, Jules Koum Koum avait perdu la vie.
 
Je veux vraiment que les autorités judiciaires rendent justice sur
ce cas précis. Ça ne ramènera certes pas cet homme que je ne connaissais
même pas. Mais, peut-être sa famille, ses amis, ses collègues et tous
ceux qui avaient été affecté par sa disparition se sentiront un peu
apaisés. Peut-être Jules Koum reposera enfin en paix…
 
Une mort injuste!!!
 
Astride Meling

: Afrique Monde

Advertisements
SHARE

LEAVE A REPLY