Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme Abdou Karim Fofona veut réorganiser Dakar

Le village de Dakar : plusieurs fois nous avons parlé des premiers villages qui ont précédé la fondation de la ville en 1857. La nuance n’était peut-être pas pertinente à l’époque, mais peut-être faudrait-il distinguer les villages proprement dits des concessions formant des villages. Ainsi, au niveau de l’actuel plateau, il existait plusieurs concessions, qui portaient les noms de Tann (la plus importante au niveau du marché Kermel), de Mbor (vers le ministère des Affaires étrangères), de Kaye (vers la gare), de Thendem (vers le marché Sandaga), de Graff, de Sinthiaba, etc.

Le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme Abdou Karim Fofona veut réorganiser Dakar
D’après les cartes anciennes, c’est l’ensemble de ces concessions qui formaient le village de Dakar. Plus loin, vers Bel Air, se trouvait le village (ou la concession ?) de Ben et plus loin encore celui de Hann (ou Khann). Au nord de la presqu’île se trouvaient d’autres gros villages : Ouakam, Ngor et Yoff. Sur cette carte, les points rouges représentent les pénc. Comme on peut le voir, leur implantation ne correspond pas à celle des anciennes concessions. 
 

 

 

Le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme Abdou Karim Fofona veut réorganiser Dakar
Le village de Tiédem : il est très rare que les anciens villages de Dakar soient nommés sur les photos anciennes. Ils sont généralement désignés sous le terme générique de « village noir ». Voici donc une exception avec cette vue de la rue principale du village de Tiédem, qui se trouvait grosso-modo entre l’actuel marché Sandaga et la pharmacie Guigon. Lorsque ce village fut déplacé et aligné, devenant ainsi un pénc, on l’installa un peu plus loin, derrière le marché Sandaga. 
 

 

 

Le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme Abdou Karim Fofona veut réorganiser Dakar
L’inauguration du marché Sandaga : on a l’habitude voir le marché Sandaga représenté sous toutes les coutures et à toutes les époques. Mais jamais sous cette forme-là. Cette photo-ci est exceptionnelle, car elle le montre le jour de son inauguration le 20 avril 1935 (sa construction ayant débuté en 1933). 

 

 

 

Le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme Abdou Karim Fofona veut réorganiser Dakar
La Cour des maures (rediffusion) : devenue « cour des orfèvres » ou encore « allée des bijoutiers », se situe au centre ville à proximité du marché Sandaga. Des Mauritaniens fabriquaient et vendaient dans ce lieu réputé des bijoux en or du pays, argent ou cuivre. Ils quittèrent précipitamment cet endroit à la suite des troubles entre le Sénégal et la Mauritanie, en 1989. La Cour, toutefois, a conservé sa fonction. 
Les abords du marché Sandaga : pas facile de s’y retrouver ! Qui saura se repérer sur cette carte postale prise aux abords du marché Sandaga dans les années 1950 ? Il s’agit du croisement de l’avenue Emile Badiane avec l’une des rues transversales, Braconnier, Sandiniery ou Holle, mais je ne saurais dire laquelle.
 

 

Avec Setal.net, le meilleur reste à venir

Leave a Reply