Les Chauffeurs De Thiès Plaident Pour Le Covoiturage

Ils étaient venus nombreux face à la presse pour demander à l’Etat du Sénégal de réglementer le covoiturage.

post

Parce que ces chauffeurs estiment qu’ils sont près de 800 chauffeurs à s’adonner au transport en commun, même si le problème est sérieux face aux plus jeunes qui ont appris leur métier et doivent l’exercer pour la survie de leurs familles. Un des leurs, Talla Niang témoigne : « je suis un chauffeur qui faisait le trajet Mali-Sénégal en apprentissage pendant quatre ans ». Formé par son frère aîné, il dit venir à Thiès, et se voit donner une voiture. « Seulement, en guise d’avertissement, l’on m’a dit que je serai régulièrement traqué par la police et les responsables de la gare routière, sous prétexte que les autorités considèrent notre activité irrégulière ». 

Suite à cela, Talla Niang qui dit militer en faveur des solutions, a préféré se retirer, considérant que le Sénégal n’était pas l’Europe « pour être traquer comme des bandits. Par ailleurs, le parc automobile du transport en commun ne peut plus répondre aux exigences des usagers et pour ma part personnelle, il faut régularise le co-voiturage pour ainsi permettre à tout un chacun d’être à l’aise, le passager comme le transporteur. Ce qui va générer beaucoup de ressources financières pour Thiès », avance-t-il. Le collectif des usagers pour l’encadrement et la légalisation du covoiturage au Sénégal (Cuelcs) a profité de l’occasion pour lancer sa plateforme.

Pour le président Abdoulaye Ndiaye dit Rim, grâce à cette structure, ils pourront dénoncer les problèmes auxquels ils font face, avant de revendiquer la légalisation du covoiturage au Sénégal. « La légalisation de ce type de transport est une alternative au problème de la congestion routière. Alors nous invitons, l’autorité étatique et les acteurs du transport à se regrouper autour d’une table pour organiser ce nouveau type de transport », lance-t-il.

post

Parce que ces chauffeurs estiment qu’ils sont près de 800 chauffeurs à s’adonner au transport en commun, même si le problème est sérieux

Leave a Reply