Tout ce qu’il faut savoir sur le scandale Petro Tim : L’examen minutieux de l’OCCRP (Documents exclusifs)

104

La structure dénommée Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), qui est un regroupement de journalistes d’enquête et de centres d’enquête fondé en 2006, est revenue en profondeur sur l’affaire Petro-Tim, qui est en train d’éclabousser le début du deuxième mandat de Macky Sall.

Cela, quelques mois après la diffusion du documentaire de la chaîne britannique BBC, la structure susmentionnée s’immisçant ainsi aux débats, a glissé le curseur sur la publication du rapport de l’IGE, sur la conférence de presse du procureur de la République Serigne Bassirou Gueye annonçant l’ouverture du enquête sur le présumé scandale, les auditions d’autorités dont Aliou Sall, le frère du président de la République, les membres de l’OCCRP, qui enquêtent sur différentes zones géographiques et sur différentes thématiques (corruption, crime organisé), sont venus avec des documents exclusifs sur Tullow Oil, Frank Timis, la société Petrosen, l’Ofnac… dans un long récit qui retrace cette affaire… Avec des reportages supplémentaires de Mark Anderson.

Un texte publié par nos confrères de Walf Net et un travail produit avec le soutien du Centre de journalisme d’investigation (CENOZO) Norbert Zongo, basé en Afrique de l’Ouest, et de Trust Africa.

Un homme d’affaires roumano-australien aux antécédents de fraude, de corruption et d’investisseurs trompeurs semble avoir reçu au moins 650 millions de dollars d’un accord sur le pétrole et le gaz en Afrique de l’Ouest conclu avec l’aide de proches parents de deux présidents sénégalais consécutifs.

La transaction a coûté au Sénégal des centaines de millions de dollars en droits sur la concession pétrolière et gazière, ainsi que des milliards en redevances provenant de la production de pétrole et de gaz.

Cette transaction était un autre chapitre de la longue et colorée carrière de Vasile Frank Timis, 55 ans, qui avait été condamné deux fois pour possession d’héroïne dans le but de la distribuer pour gagner une fortune dans des contrats d’exploration minière et pétrochimique – dont beaucoup dans des pays mal gouvernés et pays pauvres.

La controverse a suivi Timis depuis qu’il avait quitté la Roumanie, lorsqu’il était adolescent, s’était installé en Australie et avait gagné des milliards de dollars dans le secteur minier, tandis que ses sociétés étaient condamnées à des amendes et sanctionnées par des bourses pour avoir trompé les investisseurs et avoir fait des réclamations frauduleuses. Rarement, voire jamais, ses projets pré-africains impliquaient une grande activité minière.

Au Sénégal, Timis a noué des liens étroits avec les membres de la famille proche de deux présidents en exercice et a pu accéder aux réserves de pétrole du pays dans des conditions extrêmement favorables. En quelques années, il a renversé les investissements et vendu les blocs offshore pour des centaines de millions de dollars à partir de 2014 au géant pétrolier britannique BP et à son partenaire américain, Kosmos Energy.

Une cache de documents obtenue exclusivement par le Bureau du commandant en chef révèle de graves irrégularités et des comportements illicites potentiels liés aux deux accords. Les documents comprennent des fichiers d’entreprise, des registres financiers et des entretiens avec des enquêteurs sénégalais. Les documents obtenus par la BBC indiquent que Timis devrait également gagner des milliards de royalties de BP.

Les archives détenues par le CIPRP montrent que:Un aperçu de la société PetroAsia Ltd. en 2013. (Cliquez pour agrandir)Un document signé par le président du Sénégal, Macky Sall, approuvant l’accord Petro-Tim Ltd. avec Petrosen, l’agence de gaz et de pétrole du pays. (Cliquez pour agrandirContrat d’achat d’actifs entre Timis Corp. et Petro-Tim Ltd. (Cliquez pour agrandir)

  • En janvier 2012, Petro-Tim Ltd., une société des îles Caïmanes liée aux Timis, a pris le contrôle de deux grands blocs pétroliers offshore sénégalais d’une valeur de plusieurs milliards de dollars par l’intermédiaire du ministre de l’Énergie, Karim Wade, fils du président Abdoulaye Wade. Karim Wade a attribué les blocs à Petro-Tim alors que la société n’était pas encore créée au moment de la conclusion de l’accord.
  • En juillet 2014, Timis Corp., société appartenant à Timis et enregistrée aux Îles Vierges britanniques, a acquis les droits des deux blocs pétroliers offshore. Moins de deux mois plus tard, Timis Corp. a vendu 60% des actions à Kosmos, qui deviendrait le partenaire américain de BP.
  • L’investissement initial de 5 millions de dollars américains de Timis dans le projet est principalement dû à des transactions opaques au sein de son propre groupe de sociétés. La participation a ensuite été divisée entre une vente à Kosmos en 2014 pour plus de 400 millions de dollars et une autre avec BP en 2017 pour plus de 200 millions de dollars, majorée des droits de redevance.
  • Au moment même où Timis passait son contrat avec Kosmos, il a cédé un poste lucratif dans sa société, Timis Corp., à Aliou Sall, le frère de l’actuel président du Sénégal, Macky Sall. Le poste de directeur général, qui semblait comporter peu de responsabilités, rapportait un salaire annuel d’environ 260 000 $.

Bien que Kosmos, basé aux États-Unis, n’ait peut-être été impliqué dans aucune corruption, l’acquisition de blocs de pétrole à un prix très réduit et la vente ultérieure coïncidant avec un arrangement bénéficiant au frère du président soulèvent des questions quant à savoir si l’accord était structuré de manière à contourner le Loi sur les pratiques de corruption. La loi interdit aux entreprises d’obtenir de l’influence en indemnisant les agents de la fonction publique ou en offrant à leurs proches et à leurs proches collaborateurs une «valeur» susceptible de les influencer.

Le professeur Matthew Stephenson, qui enseigne le droit à l’Université de Harvard, a déclaré à OCCRP que «la preuve circonstancielle était très forte» que l’emploi du frère de la présidente par la filiale avait pour but d’influencer indûment le président.

Stephenson a déclaré qu’il n’y aurait violation du FCPA que si les sociétés impliquées avaient un lien avec les États-Unis, par exemple une inscription à la cote d’une bourse américaine « et si l’offre du poste au frère du président était censée être un avantage pour le président lui-même ».

Timis n’a pas répondu aux messages envoyés à son adresse électronique, à ses entreprises et à sa société de fiducie, Trident, qui supervise sa société de portefeuille offshore, Sarella. En réponse à un article de la BBC sur les transactions au Sénégal, il a publié une déclaration dans laquelle il affirmait: «Ces allégations sont totalement fausses. Il n’ya eu aucun acte répréhensible concernant les concessions pétrolières et gazières Saint-Louis Offshore Profond et Caya Offshore Profond. ”

35852908 32266613 (1)
35852908 32266613

Une Bonanza Offshore

Les activités commerciales de Timis au Sénégal ont constitué une pièce audacieuse pour l’une des plus grandes ressources naturelles d’Afrique: le complexe pétrolier et gazier Greater Tortue. On estime que les vastes réserves de l’océan Atlantique au large du Sénégal et de la Mauritanie contiennent jusqu’à 50 000 milliards de pieds cubes de gaz naturel et un milliard de barils de pétrole. Les champs comprenaient peut-être la plus grande découverte d’hydrocarbures en 2017.

Le 17 janvier 2012, le ministre sénégalais de l’Énergie, Karim Wade, a décidé d’accorder à Petro-Tim des droits de développement pour les zones de forage Greater Tortue de Saint Louis et Cayar. L’accord a été conclu au cours des derniers mois du mandat présidentiel d’Abdoulaye Wade et a surpris les responsables de l’agence pétrolière et gazière sénégalaise, Petrosen, qui avait engagé des négociations approfondies avec une autre société pour reprendre ces zones de forage.

Wade a ensuite introduit Petro-Tim dans un processus d’approbation normalement long et laborieux en l’espace de quelques jours, abandonnant les négociations pour les blocs de pétrole entre Petrosen et une société beaucoup plus grande, Tullow Oil, au Royaume-Uni.Une lettre de la société britannique Tullow Oil. (Cliquez pour agrandir)Une lettre de la société britannique Tullow Oil. (Cliquez pour agrandir)

Plusieurs responsables de Petrosen, dont Ibrahima Mbodji, alors PDG, ont déclaré aux enquêteurs de la lutte contre la corruption que Wade avait exigé une discrétion absolue et les « meilleures conditions contractuelles » pour Petro-Tim.Entretien avec Ibrahima Mbodji, PDG de Petrosen. (Cliquez pour agrandir)Une autre interview de Mbodji concernant Petro-Tim Ltd. (Cliquez pour agrandir)

Ndieye Aissatou Sy, conseillère juridique de Petrosen, a fait écho à cette évaluation, affirmant aux enquêteurs en 2016 que Mbodji «nous avait demandé de traiter le dossier en toute confidentialité. Les meilleures conditions ont été offertes par la suite.  »Entretien avec le conseiller juridique de Petrosen, Ndieye Aissatou Sy. (Cliquez pour agrandir)

À Petrosen, quasiment personne n’avait entendu parler de Petro-Tim. Le directeur général, Mamadou Faye, a déclaré aux enquêteurs qu ‘ »il n’y a eu à aucun moment de négociation avec une société appelée Petro-Tim ».Entretien avec Mamadou Faye, directeur général de Petrosen. (Cliquez pour agrandir)

L’une des raisons pour lesquelles les représentants des agences n’avaient peut-être pas entendu parler de l’entreprise était que Petro-Tim n’existait pas encore.

L’accord a permis à Petro-Tim de disposer de 90% des blocs d’exploration et de forage potentiels; les 10% restants sont restés aux mains du gouvernement.

Le secret strict des îles Caïmanes empêche les journalistes de savoir qui était légalement propriétaire de Petro-Tim à cette époque. Cependant, des événements ultérieurs ont révélé que la société agissait dans l’intérêt de Timis et de ses partenaires.

Même après que Wade eut approuvé les contrats avec Petro-Tim, Petrosen, la compagnie pétrolière et gazière appartenant à l’État, continua de négocier avec Tullow Oil.Lors de son témoignage devant les enquêteurs sénégalais, M. Tullow a déclaré que ses dirigeants étaient choqués par la perte de l’accord sur Petro-Tim pour les deux blocs pétrole et gaz.Témoignage de Tullow sur ses négociations avec Petrosen, la société pétrolière et gazière appartenant à l’État. (Cliquez pour agrandir)

Il semble que Petrosen ait délibérément induit Tullow en erreur en ne l’informant de l’accord Petro-Tim qu’après le paiement des honoraires par Tullow, bien que ceux-ci ne soient pas requis par le code pétrolier du Sénégal.

Après la transaction avec Petro-Tim, Tullow aurait effectué des paiements dans les comptes de Petrosen pour ce que les responsables de la société britannique qualifiaient d’argent pour un autre bloc pétrolier sans lien, mais que le PDG de Petrosen, Mbodji, qualifiait de «bonification» pour les droits de Saint-Louis et de Cayar.

Mbodji a demandé à Tullow de verser 1,5 million de dollars par bloc en primes pour les deux licences de concession. Mbodji a témoigné que Tullow avait versé 3 millions de dollars en frais de bonus sur un compte bancaire français à l’étranger. Le but des paiements reste flou.

Il est également difficile de savoir ce que Wade a gagné en aidant Petro-Tim.

Lors de l’audience devant l’Office national de lutte contre la corruption et la fraude, Ousmane Sonko, ancien haut responsable des impôts et parlementaire devenu candidat à la présidence du Sénégal, a déclaré que la corruption liée à la passation de marchés pétroliers coûtait au moins 90 milliards de francs CFA (155 millions de dollars).

La perte frappe durement un pays dans lequel 75% des familles vivent dans une pauvreté chronique, selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies , et où l’économie reste fortement concentrée sur l’agriculture, y compris l’agriculture de subsistance.

Fatima, une cuisinière et femme de ménage avec cinq enfants qui gagne environ 30 dollars par mois dans la ville côtière de Popenguine, a déclaré que le Sénégal devait utiliser ses ressources naturelles pour améliorer la vie de citoyens ordinaires comme elle et sa famille. Beaucoup dans la région, comme Fatima, ont peur de donner leur nom complet de peur de représailles du gouvernement ou de l’armée.

«Nous ne votons pas pour ce président Sall ou celui-là, Wade. Ils sont tous pareils », a-t-elle déclaré. « Notre gouvernement ne nous tue pas avec des armes à feu, mais avec la pauvreté. »

Elle a dit espérer que le gouvernement fera plus avec ses ressources naturelles à l’avenir. La production de pétrole des blocs de la grande tortue devrait commencer en 2020.

«Nous pourrions avoir quelque chose pour améliorer notre vie, comme de bonnes cliniques et de la bonne nourriture bon marché. C’est tout ce qui compte. Bien manger et garder votre santé et votre sécurité. Cela améliorerait nos vies?

Un nouveau lien politique

En avril 2012, quelques mois seulement après que Petro-Tim eut eu accès aux blocs pétroliers et gaziers de Cayar et de Saint-Louis, Macky Sall a remplacé Abdoulaye Wade à la présidence du Sénégal .

En juin, le président Sall avait confirmé le contrat de Petro-Tim pour les deux zones de forage en mer. Un mois plus tard, le 9 juillet, la société a créé une filiale locale, Petro-Tim Senegal. Son directeur général était Aliou Sall, le frère cadet du nouveau président.

Les fonctions d’Aliou Sall étaient vagues. Interrogé sur son rôle, il a répété à plusieurs reprises aux enquêteurs en 2016 qu’il était un «consultant». Il a déclaré qu’il gagnait environ 22 000 dollars par mois. Le salaire mensuel moyen au Sénégal en 2018 était d’environ 150 dollars.Procès-verbal d’une audience au cours de laquelle Aliou Sall , le frère du président sénégalais Macky Sall, a été interrogé sur ses relations avec Petro-Tim Ltd. (Cliquez pour agrandir)

Les retraits en espèces du compte de Petro-Tim, consignés dans les documents financiers examinés par le PRCC, révèlent qu’environ 450 000 $ ont été versés à des fins non divulguées en 2014 seulement.

Les documents déposés auprès du registre du commerce sénégalais n’indiquent pas à qui appartenait la filiale Petro-Tim, mais Aliou Sall a déclaré aux enquêteurs sénégalais qu’il s’agissait d’un partenariat entre Timis et le directeur de Petro-Tim, Wong Joon Kwang (également connu sous le nom d’Eddie Wong).

Certains des employés locaux de Petro-Tim avaient déjà travaillé avec Timis. Le directeur, James Smith, a également été administrateur chez African Petroleum, une société pétrolière cotée à Oslo que Timis possédait et dont il était actionnaire. La société exerce ses activités au Sénégal et en Gambie, où les deux gouvernements la poursuivent en justice pour avoir freiné la production de pétrole. En Gambie, Timis a versé des millions de dollars en primes qui ont disparu dans les poches de l’ancien dictateur Yahya Jammeh et de ses associés.

La nouvelle filiale, Petro Tim Senegal, pour laquelle le frère du président a été consulté, semblait avoir très peu travaillé à l’époque, selon les documents.

D’une entreprise à l’autre

Le 3 juillet 2014, Petro-Tim a transféré l’intégralité de sa participation dans les blocs pétroliers et gaziers offshore sénégalais à Timis Corp. En contrepartie, Timis Corp. a radié une dette de 3,2 millions de dollars que Petro-Tim lui aurait due. Moins de deux mois après l’achat des actions par la société, les blocs ont été vendus à Kosmos.

Cela a permis à Timis d’empocher les bénéfices grâce à son rôle de propriétaire de Timis Corp. dans le cadre d’une transaction qui aurait pu contourner les lois FCPA.

La transaction a fonctionné comme ceci:

  • Entre 2012 et 2014, Timis a acquis une participation de 10% dans une société appelée Petro Asia, qui était la société mère de Petro-Tim, la société basée aux Caïmans qui avait initialement capturé les deux blocs pétroliers et gaziers sénégalais. Il prétend que cette participation vaut 30 millions de dollars.
  • Début juillet 2014, Timis Corp. a acheté les deux blocs de pétrole à Petro-Tim dans le cadre d’un accord qui annulait la prétendue dette de 3,2 millions de dollars et donnait à Petro-Tim une participation de 17% dans Timis Corp.
  • Fin août 2014, Kosmos a acheté les actions à Timis Corp. Kosmos a choisi de ne pas acheter les actions directement à Petro-Tim, apparemment en raison de la présence d’Aliou Sall, ce qui pourrait avoir déclenché la violation du FCPA.

Vers la même période, Petro-Tim s’est dissout aux îles Caïmans. Aliou Sall a démissionné de la filiale locale de Petro-Tim et est devenu consultant pour Timis Corp. avec un salaire de 13 millions de francs CFA (22 000 USD) par mois.

Bien que l’identité des actionnaires de Petro-Tim ait été dissimulée du fait de son incorporation aux îles Caïmans, les entretiens avec les enquêteurs obtenus par le Centre de coordination, de concert avec Aliou Sall et d’autres représentants du gouvernement, confirment que Petro-Tim était une personne morale sous la direction de Frank Timis.

«Il cherchait un représentant local et, comme je cherchais des occasions de revenir au Sénégal, j’ai accepté de travailler avec lui», a déclaré Aliou Sall aux enquêteurs, selon des transcriptions confidentielles obtenues par l’OPCRP.

« J’ai accepté de travailler avec lui en créant la filiale locale. »

Sall a répété aux enquêteurs que Timis Corp. avait acheté Petro-Tim dans un geste «symbolique».

Péril juridique américain

Les détails de la vente par Timis des deux blocs de pétrole et de gaz du Sénégal à Kosmos – tels que le prix payé par action ou les bonus éventuels – restent inconnus. Ce qui est clair cependant, c’est qu’Aliou Sall est resté à la tête du syndicat Petro-Tim Sénégal tout au long du processus de vente. Il a démissionné plus d’un mois avant la dissolution de la société en décembre 2016.

Dans une interview accordée aux médias locaux, Aliou Sall a déclaré avoir rencontré des avocats américains à Londres, qui lui avaient confié que, en tant que frère du président, il représentait un risque juridique et devait démissionner de Petro-Tim. Il a dit l’avoir fait, mais est resté sur la liste de paie en tant que consultant pour d’autres sociétés liées à Timis. « On dirait que j’ai été transféré du département du pétrole vers d’autres départements », a-t-il déclaré.

Kosmos, basé au Texas, n’a pas répondu directement aux questions de l’OCCRP sur le point de savoir si la position d’Aliou Sall avec Petro-Tim Senegal exposait Kosmos à un risque en vertu de la loi anti-corruption.

Au lieu de cela, dans une déclaration écrite, Kosmos a déclaré être entré sur le marché sénégalais en août 2014 «après une diligence raisonnable approfondie et bien après que la transaction portant sur les blocs Saint Louis Offshore Profond et Cayar Offshore ait été approuvée par les administrations des présidents Wade et Sall. et après le transfert des blocs de Petro-Tim à Timis Corp. ”

« Kosmos n’a été impliqué d’aucune manière dans la transaction entre Petro-Tim Ltd et Timis Corp. », a déclaré la société.

Kosmos a déclaré que le prix d’achat de 60% de la valeur de toutes les actions, soit l’ équivalent de 400 millions de dollars , ne profitait pas à Timis Corp. Il s’agissait plutôt des coûts liés au projet, y compris l’exploration et le forage.

Les enquêteurs sénégalais ont conclu qu’Aliou Sall était actionnaire de Petro-Tim et qu’il avait probablement reçu la moitié de la valeur de la vente, soit 200 millions de dollars.

«Petro-Tim Limited a été créée dans le but de vous permettre (Sall) d’obtenir un permis de prospection que vous pourrez ensuite transférer à Timis Corp., qui transférerait ensuite 60% de ses actions à Kosmos», ont conclu les enquêteurs du Sénégal, ajoutant que la moitié de cette part, la valeur revenait à Sall.

Timis a ensuite déclaré aux enquêteurs que toutes les actions de Timis Corp. avaient été vendues à Kosmos pour 460 millions de dollars, alors que Kosmos avait lui-même affirmé que les actions avaient été vendues pour 400 millions de dollars. La différence n’a jamais été expliquée.

BP entre dans le deal

Timis, cependant, n’avait pas encore fini de tirer profit de son entreprise sénégalaise. En avril 2017, Timis Corp. a vendu à BP, le géant britannique du pétrole, ses 30% restants des blocs de Saint Louis et de Cayar pour 250 millions de dollars.

Cette vente aurait pu être inévitable. Depuis début 2013, BP collabore avec Kosmos pour développer des zones du champ de la grande tortue.

Des documents obtenus par la BBC révèlent que BP a accepté de verser à la société Timis des redevances se situant entre 9 et 12 milliards de dollars. Le CPOPC n’a pas eu accès à ces documents et ne peut pas vérifier les revendications. En réponse à la BBC , Timis a déclaré que les allégations étaient entièrement fausses.

« Il n’y a eu aucun acte répréhensible concernant les concessions pétrolières et gazières Saint-Louis Offshore Profond et Cayar Offshore Profond », a-t- il déclaré .

On ignore combien Timis a tiré de ses transactions sénégalaises en raison de la confidentialité des accords. Cependant, il semble que ses profits ont largement dépassé ses investissements. Des documents internes à l’entreprise montrent que Timis a investi 1,9 million de dollars dans ses sociétés de 2012 à 2016.

Une analyse des documents montre que la grande majorité de cet argent a été utilisée pour des paiements à d’autres sociétés de l’empire Timis ou pour des transactions au sein des sociétés elles-mêmes.

Un contrat de vente conclu entre Timis Corporation et Petro-Tim montre que celui-ci a investi un peu plus de 5 millions de dollars dans le cadre de la «remise de dette» à Petro-Tim, qui, selon lui, valait 3,2 millions de dollars.

La vente des actions de Timis à Kosmos et à BP a rapporté plus de 600 millions de dollars. En tant que propriétaire, Timis semblait gagner au moins 250 millions de dollars de la vente.

Dans une déclaration à l’OPCRP, BP a déclaré être « incapable de divulguer les détails ou les copies d’accords ou d’informations concernant nos transactions ».

Cependant, il a déclaré que « BP et les parties qui l’y assistaient ont effectué une vérification préalable détaillée et appropriée de ses partenaires au Sénégal, y compris de la Timis Corporation, avant d’acquérir nos intérêts au Sénégal. »

Personne connecté à Petro-Tim n’a pu être joint pour commenter. Aucun bureau physique n’a pu être identifié au Sénégal et aucune information de contact n’a pu être identifiée.

African Petroleum, qui était à l’époque actionnaire de Timis Corp., qui partageait les fonctions de Smith en tant que directeur avec Petro-Tim, ne se trouve plus à l’adresse indiquée à Dakar. Le représentant de la société a refusé de commenter ses relations avec Petro-Asia, Petro-Tim et Timis Corp., ainsi que les actions propres de Timis dans les sociétés par l’intermédiaire de sa société de portefeuille, Safeguard Management, basée à British Virgin Island.

LEAVE A REPLY