153 ACCIDENTS EN MER ENREGISTRÉS DE JANVIER 2014 À AVRIL 2016 (SPÉCIALISTE)

216

Foundiougne, 30 nov (APS) – Cent cinquante-trois accidents en mer ont été enregistrés au Sénégal, de janvier 2014 au 15 avril 2016 dans les sous- secteurs de la pêche continentale et maritime, a révélé mardi le chef du service régional de pêche de Fatick, Ibrahima Lô, selon qui plusieurs facteurs pourraient être à l’origine de ces nombreux incidents.

“Le Sénégal a enregistré 153 accidents en mer, avec 213 disparus, 59 pertes en vies humaines, de janvier 2014 au 15 avril 2016”, a-t-il dit mardi à Foundiougne, au cours d’un séminaire de sensibilisation et de formation des pêcheurs sur les services d’information climatique dans le cadre du projet Cinsère.


Une grande partie de ces accidents est notée dans la Zone économique exclusive (ZEE) du Sénégal et en hors de cet espace avec des collisions, des chavirements, de disparitions, etc.


‘’La disparition en mer survient le plus souvent à la
suite d’une panne de moteur, d’une rupture de carburant, ou encore de conditions météo défavorables”, a expliqué M. Lô, par ailleurs ingénieur des pêches et de l’aquaculture.


Au-delà des causes citées plus haut, les mauvais comportements
des hommes et les conditions climatiques provoquent également des catastrophes en mer.


‘’On peut constater que la plupart des accidents en mer sont
dus à des imprudences : les conditions météorologiques, les décisions politiques en matière de gestion des ressources, la pression économique et sociale’’, a-t-il précisé.


Pour faire face à ces nombreux accidents en mer, il a invité les pouvoirs publics à poursuivre ‘’la sensibilisation et la conscientisation auprès des acteurs, (à) se donner les moyens financiers et humains permettant de mettre en pratique la réglementation en la matière’’.


Ibrahima Lô a plaidé pour l’application des lois et
règlements en vigueur, la pérennisation des actions de contrôle en mer et à terre, la mise sur pied de réelles brigades de veille, de recherche et sauvetage en mer (BRS) mais également la finalisation du projet de géo localisation pour limiter les dégâts en haute mer.


LEAVE A REPLY