DIALOGUE POLITIQUE: Son Excellence Seydou Nourou Ba dirigera la concertation.

725

 

Son Excellence Seydou Nourou Ba dirigera la concertation politique nationale entre le Ministère de l’Interieur et l’opposition dont une partie à répondue favorablement à l’appel au dialogue lance par le Chef de l’Etat et les plus hautes autorités religieuses du Pays. Sa nomination n’a pas soulevé de protestations majeures de la part de l’opposition qui semble lui accorder, pour l’instant, un préjugé favorable. Il sera apprécié sur pièces, à la une des faits constatables et vérifiables.

Les préoccupations urgentes de l’heure, celles qui ont défrayé la chronique lors des dernières législatives, notamment à Touba, devraient figurer en bonne place dans l’ordre du jour du dialogue politique dont la ligne de mire ne devrait être que les prochaines échéances électorales de 2019 qui ne devraient souffrir d’aucune contestation majeure, depuis l’établissement des cartes nationales d’identification (CNI ) jusqu’au jour du vote en passant par les inscriptions sur les listes électorales, le retrait des cartes d’électeurs…En somme pour rendre tout le processus électoral transparent, traçable, vérifiable…du début à la fin.

Il lui faudrait également se pencher sur l’épineuse question du financement publique des Partis politiques pour que la puissance publique puisse avoir un droit de regard sur leurs ressources afin de parer à toute mauvaise surprise, à toute éventualité, dans une région ouest-africaine devenue, chaque jour, de plus en plus insecure du fait du Djihadisme dans le Sahel.. Le dialogue aussi n’omettrait certainement pas de réfléchir à fond sur le mode de scrutin le mieux approprié à notre contexte politique, démocratique, pour élire nos représentants.

La proportionnelle intégrale semble ainsi remporter le suffrage des hommes politiques et d’une bonne partie de l’opinion en lieu et place du scrutin majoritaire qui ne renvoie plus une photographie fidèle de la vraie représentativité des forces politiques en compétition dans le Pays. De meme, le Chef de l’opposition, tel que stipulé dans la Constitution, devra être désigné lorsque son profil aura été clairement défini, de manière consensuelle, par le dialogue politique..

Mais le plus déterminant reste la fiabilite du fichier électoral qui devrait faire l’objet d’un consensus fort au sortir de ce dialogue qui suscite beaucoup d’espoir chez les démocrates d’ici et d’ailleurs. Les dernières élections présidentielles assez controversées et contestées que nous constatons tous les jours un peu partout en Afrique devraient servir de leçons. En Démocratie, la souveraineté appartient au peuple qui peut l’exercer librement lui même ou par l’intermédiaire de représentants qu’il se choisit librement.

Il appartient aux pouvoirs publiques de faire de sorte que ce choix soit libre et immaculé, transparent et démocratique avec la garantie légale qu’il existe des procédures et des possibilités judiciaires , claires et sans équivoques de proceder a un recours légal en cas contentieux pre-electoral, électoral ou post-électoral. Pour sauvegarder la paix et la stabilité du Pays et de la sous-région.

Farba Senghor –

BUURSIIN

Advertisements

LEAVE A REPLY