Gambie: Les aveux de meurtre sensationnels d’un témoin du TRRC

380

Alagie Kanyi, un ancien caporal de l’armée nationale gambienne, a déclaré devant la Commission de vérité, réconciliation et réparations, qu’il avait participé à l’exécution sommaire de soldats accusés d’avoir organisé un coup d’Etat avorté en novembre 1994 et d’avoir tué un ministre civil en 1996. Kanyi, visiblement plein de remords, expliqua comment il était l’un des officiers supérieurs de l’armée qui avaient exécuté sommairement les sergents Fafa Nyang et Basiru Camara dans une forêt à l’extérieur de la capitale Banjul, peu après le coup d’Etat. Les suspects ont été rassemblés et défilés nus.

C’était une journée difficile pour les familles des victimes de Kanyi, qui ont assisté à la présentation détaillée par le témoin des trois assassinats auxquels il aurait participé, dont le meurtre de sang-froid du civil, le ministre des Finances Ousman Koro Sesay. Il a ajouté que Sesay avait été emprisonné dans une maison appartenant à Yankuba Touray, alors membre de la junte qui s’était emparée du pouvoir en Gambie en juillet 1994, et avait été tué à coups de bâtons et d’un pilon. Kanyi a déclaré qu’il avait participé à la mise à mort de la victime, laissant du sang éclaboussé sur le sol de la maison, un gâchis qu’il a ensuite nettoyé. Le compte-rendu de l’incident de juin 1996 par le caporal de l’armée, maintenant à la retraite, incrimine clairement Edward Singhateh et son frère cadet Peter Singhateh. Ce dernier a frappé les deux premiers coups en utilisant un bâton qui a pris M. Sesay au dépourvu et l’a fait perdre conscience. Accusé par de nombreux témoins de la TRRC dans des témoignages antérieurs de participation à des exécutions extrajudiciaires, un Kanyi aux larmes aux yeux a demandé pardon aux parents des victimes et au peuple gambien pour son rôle dans les crimes commis entre 1994 et 1996.

Kanyi a affirmé qu’il avait été chargé par le lieutenant Edward Singhateh, membre du Conseil de décision provisoire des forces armées alors au pouvoir, d’ouvrir le feu sur les sergents Nyang et Camara. Il a déclaré à la commission qu’il avait procédé à l’exécution des deux soldats en leur tirant dessus à balles réelles avec Singhateh. «Je leur ai tiré dessus. En même temps, Edward leur tirait dessus et ils moururent. >> «On m’a demandé de tirer et de les tuer, de tirer sur mon propre frère (en référence à Camara) et je n’avais pas d’autre choix», a-t-il déclaré. >> Kanyi a également déclaré à la commission qu’il avait enterré les deux soldats et d’autres soldats morts, dont le lieutenant Basiru Barrow et le lieutenant Dot Faal, les chefs présumés du coup d’Etat avorté. La commission, dont la prochaine séance aura lieu le 11 mars, a recueilli des témoignages sur des crimes, des violences et des violations des droits de l’homme du 22 juillet 1994 à janvier 2017 dans le but de documenter les détails historiques exacts de ces incidents.

Les domaines thématiques sur lesquels le TRRC enquêtera comprennent la répression contre les journalistes, l’assassinat extrajudiciaire de soldats, les disparitions forcées, l’assassinat en masse de nombreux migrants de l’Afrique de l’Ouest, le traitement controversé de l’ancien président Jammeh contre le VIH / SIDA et une chasse aux sorcières présumée en 2009 les sorcières. Le CRRT est également chargé de recommander des réparations aux victimes, de faire la lumière sur le lieu où se trouvent les disparus et de conseiller le gouvernement sur la poursuite des auteurs des crimes de l’époque de Jammeh. Le slogan «Plus jamais» du CRRL vise à inciter les Gambiens à se partager la responsabilité d’éviter les atrocités qui ont duré 22 ans.


APA News





LEAVE A REPLY