Caravane culturelle pour la paix « Maa Sinig-Bu Badjum Ayi »

763

Association des Sages et Saltigués du Log (ASSALOG)

Siège social : Mbam ; Récépissé : N° 147/GRF/AA

 

Foundiougne, le 18 mai 2023. « Dieu le seul moment où il rit, c’est quand deux cousins plaisantent », dit-on. S’il en ainsi, Il a beaucoup ri, Dieu, les 12, 13 et 14 mai 2023. Soixante-douze heures durant lesquelles, à Sédhiou, cousins Sereers, Diolas, Hal Pulaars et Lébous se sont retrouvés dans le cadre de la « Caravane culturelle pour la paix Maa Sinig-Bu Badjum Ayi ». Initiée par les institutions royales du Sine et d’Oussouye, ladite caravane a quitté Diakahao, Capitale du Sine, dans la matinée du 12 mai 2023. Escale à Fatick pour une visite de courtoisie à Madame le Gouverneur de la Région éponyme et embarquement des délégations dont celles du Log, du Djognick et de Mont-Rolland. Ensuite cap sur Kaolack, Karang, Banjul, Sédhiou, Ziguinchor et enfin Oussouye. Oussouye où Maa Sinig Niokhobaye DIOUF Fatou Diène est arrivé à 3 heures du matin. Avec une suite de plus de trois cents personnes à bord d’une dizaine de voitures particulières et de trois autocars (bus). Malgré l’heure tardive la cour du Roi d’Oussouye Man Sibiloumbaye DIEDHIOU attendait. Accueil royal. «Ne vous génez pas. Vous allez m’offenser si la basse-cour se régale après vous », lança la Reine Alice DIDHIOU pour déclarer ouvertes « les hostilités entre cousins ». Au menu, un surprenant couscous bien préparé par les Diolas qui a ravi la vedette aux autres plats proposés en plus des boissons à base de produits locaux comme on en trouve beaucoup en Casamance. Précision de la cuisinière en chef et des serveuses pour encourager et rassurer les «combattants » : « tout est BIO».

« Je n’ai jamais cru qu’un jour je vais serrer la main au Buur Sine. Dieu merci. Lui qui a permis la rencontre d’aujourd’hui », s’est adressé ainsi le Roi d’Oussouye au Buur Siin, lors de la cérémonie officielle d’accueil marquée par des messages de paix. Représentants de l’Administration territoriale (Préfets, Maires), du Buur Siin, des dignitaires Sérères (Bour Diognick, Association des Sages et Saltiguis du Log (ASSALOG) et de Mont-Rolland, Lébous de Ouakam et de Rufisque et de Sérigne Modou Bousso DIENG ont tous magnifié la caravane et souhaité la paix partout particulièrement au Sénégal.

Après le déjeuner, à la Place publique, les caravaniers ont eu droit à une veillée folklorique qui a dévoilé des pans du vaste potentiel du patrimoine culturel et naturel du Sénégal, de la Gambie et de la Guinée-Bissau. Bien avant, aux dernières heures de l’après-midi, au même endroit, s’est tenue une démonstration monstre de l’Association des Jeunes d’Oussouye amenée par sa présidente, la jeune princesse Daba DIOUF. De père Diola et de mère Sereer, elle manie aisément leurs langues. Pourquoi à cette heure et non la nuit ? Se sont demandés beaucoup d’étrangers. La réponse est dans les us et coutumes du terroir pour qui, filles et garçons sont qu’ensembles que le jour, au su des parents, pour tout ce qu’ils font et qui les prépare à leur vie d’adulte. De très belles chorégraphies relatant la joie de vivre, l’endurance, le mariage, l’initiation, les travaux champêtres, la cueillette, la pêche, la chasse, etc. Quant à la veillée, elle a été celle de grosses surprises parmi lesquelles d’abord pour démarrer le programme, un Pulaar jouant de la guitare diola et chantant en diola. Ensuite des Sereers maniant à merveille cette dernière jusqu’aux proverbes. « Des colonisés » qui ne rentreront plus au Sine, au Saloum ou dans les Iles du Gandoul. A l’image de la prêtresse Anna DIENG, originaire de Dionewar, de mère Diola et de père Niominka. Elle officie, depuis des années, dans la cour royale auprès de la Reine Alice. Simon SENE, les Frères GUISSE, les initiés de Ndiaganiao, les Saltiguis du Log, l’Orchestre communal et autres ont retenu tout un monde sur place jusqu’au petit matin.

Au réveil, après le petit déjeuner, le point culminant de la caravane : l’audience entre les deux rois au palais royal avec un invité surprise en la personne d’un célèbre Hal Pulaar aussi icône des média du Sénégal, Mamoudou Ibra KANE. Echanges de civilités et remise de cadeaux de la part de Maa Sinig : mil, haricot et tabac. Ce que le Sereer adore de plus pour sa nourriture. Entre regrets de retourner au bercail et promesses de retrouvailles dans des circonstances pareilles, les deux rois se sont séparés. Mais ce n’était pas fini. La Reine Alice DIEDHIOU qui veillait sur tout cela va, après le déjeuner, signer le dernier acte de la caravane par aussi des cadeaux : riz padi, huile de palme, banane, jusqu’aux balais. Très difficile aux apprentis chauffeurs des bus pour tout embarquer.

Fin en beauté de la Caravane culturelle pour la paix « Maa Sinig-Bu Badjum Ayi » initiée sous le signe du lien séculaire Sereer-Jolaa. Lien fondé sur un mythe originel d’une parenté issue d’ancêtres communs, deux sœurs : Aguène et Diambogne. Parenté scellée à travers des siècles. Qui se perpétue dans les deux communautés, à travers surtout le cousinage à plaisanterie.

Alioune LOUM,

www.fadoum.com