Foundiougne: Un gilet de sauvetage 100% made in Sénégal fabriqué à Mbam-Log

627

 

Voile Sans Frontière (VSF), une Organisation Non Gouvernementale (ONG) Française associant le monde maritime à des actions de solidarité afin de venir en aide à des populations isolées et accessibles uniquement par voies maritimes et fluviales s’est engagée à soutenir au Sénégal une unité de fabrication de gilets de sauvetage. Installée à Mbam, Chef lieu de la Commune du même nom, à trois kilomètres, à l’Est de la ville de Foundiougne, l’unité de fabrication de gilets a été créée en 2003 par la Coopération Japonaise (JICA) qui menait un programme de replantation de la mangrove dans le Delta du Saloum. Aujourd’hui l’unité fonctionne comme un atelier de couture de ville, avec néanmoins tout le potentiel pour reprendre son activité première.

Vu le besoin urgent du Sénégal en gilets de sauvetage de qualité et en quantité, cet appui vient à son heure suite aux accidents répétés dans différentes régions du Sénégal les risques permanents : hommes, femmes et enfants affrontent la mer au quotidien. Du 4 au 8 février 2019, l’ONG française a envoyé une mission d’étude de faisabilité à Mbam pour relancer l’unité de production locale d’équipement individuelle de flottabilité (EIF). Messieurs Bernard MINVIELLE, Spécialiste en gestion des entreprises/nautisme et Etienne FELLER, expert en sécurité nautique ont travaillé avec l’Association Populaire des Volontaires pour la Réhabilitation et la Conservation de l’Environnement (ASPOVRECE), initiatrice de l’unité pour répondre aux questions suivantes. Quels modèles ? Quel marché ? Quelles matières premières ? A quel Coût ? Quelle diffusion ? Quelle formation ? Pour un gilet 100% made in Sénégal ?

C’est possible selon la mission qui est retournée en France avec trois prototypes qui ont été réalisés sur place à Mbam par Mame Diégane DIOUF, Président d’ASPOVRECE et ses quatre collaborateurs tailleurs. Il s’agit d’un gilet adulte de 120N (Newton), d’une brassière adulte de 120 N et d’une brassière enfant de 100N qui on fait l’objet de tests en mer et qui vont servir de base pour le processus d’homologation par les autorités françaises (CRIT) et Sénégalaises ANAM (Agence Nationale des Affaires Maritimes). Des EIF fabriqués avec des matériaux recyclés et/ou produits au Sénégal. Le gilet léger doit être porté en permanence et ne doit pas entraver les mouvements du pêcheur alors que la brassière à l’avantage d’être très facile à enfiler par le naufragé tombé à l’eau. Au mois de novembre 2019, les missionnaires de VSF vont revenir à Mbam pour un atelier de partage.

Le budget qui avoisine les 40.000 Euros est étalé sur trois ans : 20.000 Euros pour a première année, 8.700 Euros pour la seconde et 10.700 euros pour la dernière. Il inclut la remise en état de l’atelier, les homologations EIF en France et au Sénégal, la réparation et l’achat de machines à coudre et autres divers besoins dont un fonds de roulement.

Après dix années de voyage autour du monde à bord de son premier voilier, selon le site de VSF, Michel Huchet crée en 1997, l‘Organisation de Solidarité Internationale « Voiles Sans Frontières ». Successivement Président, Délégué Général, Trésorier, en charge de l’administration générale, de la communication et de la comptabilité, il cède les rennes de VSF pour donner du sang neuf à l’ONG qui aujourd’hui  compte 450 adhérents dont des propriétaires de bateaux,
de professionnels de la santé, d’enseignants mais aussi techniciens en tout domaine. Parmi les parrains de VSF figure Monsieur Ousmane Sow, célèbre sculpteur sénégalais aussi membre de l’Académie des Beaux-Arts de Paris (France), disparu en 2016.

Alioune LOUM,

www.fadoum.com (Foundiougne en ligne)

 

LEAVE A REPLY