Foundiougne va abriter la Troisième Conférence nationale des Loumènes, en 2020

665

Foundiougne le 31 décembre 2019. L’Association de la Famille LOUM du Sénégal a organisé, le 29 décembre 2019, à Bandia, sa deuxième conférence nationale sur le thème : « LOUM : des familles, une même origine ».

Thème ne pouvait être plus évocateur, selon Alioune LOUM de Foundiougne, Président de l’association, « pour nous qui portons ce nom qui suscite beaucoup de curiosité et d’interrogations. D’où venons-nous ? Sommes-nous des Sérères, Wolofs, Diolas, Mandingues, Toucouleurs ou Arabes?». Durant plus de quatre heures, de la vingtaine d’intervenants nous retenons que le Saloum serait le foyer principal de migration des Loumènes avec comme ancêtre Guirane Sigui LOUM, polygame avec ses quatre femmes qui parlaient des langues différentes. La famille de Guirane Sigui ayant grandi s’est déployée sur plusieurs directions : Sine, Djognick, Baol, Rip, Ndoucoumane, Niombato, Lôg, Kirène et le Badibou jusqu’en Gambie. Nous retenons aussi que les Loumènes sont reconnus comme de grands éleveurs qui se déplaçaient avec d’importants bétails cause pour laquelle ils n’étaient acceptés qu’à l’entrée des agglomérations parce que ne pouvant conjuguer avec surtout les agriculteurs. Exemple de Kaolack avec son quartier de Kasncak qui porte un nom sérère (Puits des vaches).

Les Loumènes sont réputés grands chasseurs à l’image de Samba LOUM qui a abattu l’éléphant de Djilor. Pour en administrer la preuve il coupa l’oreille du pachiderme ; oreille encore visible au village de Pethie, auprès du Sandigui, El Hadji LOUM. Aussi Siw LOUM, grand chasseur venu du Saloum s’installe dans le Kirène pour épargner ses parents des tributs payés suite à des accidents et autres divergences avec les populations, selon Moussa LOUM de Bandia. Grands érudits en Islam, les Loumènes ont fondé de brillants foyers religieux dont ceux de Ndiayène Bagana, Loumène, Ndiobène Taiba et de Diakha Loum célèbres à travers le Sénégal et la sous-région. Ajouter qu’outre la bravoure, les Loumènes sont sages, sincères et généreux. Valeurs qui devraient animer, selon plusieurs intervenants, les jeunes Loumènes, garçons et filles, qui doivent s’impliquer d’avantage dans le mouvement pour perpétuer l’œuvre des visionnaires qui, selon le Président de l’Association, ont initié sans se concerter des tours de famille annuels dont la jonction a donné naissance à l’association et à la conférence nationale. Parmi ces tours de famille et ziarras figurent les tours partis respectivement de Mbam-Lôg, il y’a dix ans et organisé respectivement à Péthie, Moudaye Sérère, Mbouloum, Kawil, Kaolack, Foundiougne, Thioffior et Diamaguène/Nioro. De Niakhar, plus ancien qui continue de sillonner le Sine et le Saloum. Et de Bandia qui a brillé jusqu’à Dakar en passant par Touli, Ndayane et autres. Sont venus s’ajouter les ziarras annuels dont ceux de Diakha Loum/Sakkal, de Ndiobène Taiba et de Ndiayène Bagana très attendus dans le Walo, le Baol et le Saloum .

La conférence s’est réjouie de la création du groupe WhatsApp par les jeunes : une rencontre virtuelle permettant aujourd’hui à plus de trois cents Loumènes de communiquer au quotidien entre le Sénégal, la Gambie, la Côte d’Ivoire, l’Europe et les Amériques. « Cette rencontre virtuelle est bonne mais privilégions les rencontres physiques comme celle d’aujourd’hui », a souligné le modérateur de la conférence, Abdou LOUM de Niakhar. Autre point sur lequel le Professeur Aliou LOUM, de Bandia, Maître de cérémonie aussi Président de la Commission scientifique de l’association a rassuré. Il s’agit d’une publication sur les Loumènes dont la première mouture sera présentée, à la Troisième Conférence Nationale des Loumènes, le 27 décembre 2020, à Foundiougne. Aliou LOUM a aussi plaidé pour un appui mutuel entre Loumènes et ce dans plusieurs domaines : commerce, éducation, formation et autres.

« Nous qui nous croyions isolés sommes très heureux et touchés en voyant autant de parent(es) à Bandia», a déclaré, en ouvrant la rencontre, le doyen Babacar LOUM qui a prié pour la paix partout où se retrouve un LOUM et sa famille sans oublier dans celles de la quarantaine de délégations qui ont effectué le déplacement. Les prochaines retrouvailles sont prévues aux ziarras annuels, le 2 février 2020 de Ndiobène Taiba, le 8 février 2020 de Diakha Louma/Sakkal, le 15 février 2020 de Ndiayène Bagana, et aux tours de famille, le 8 février 2020 de Podlom, le 29 mars 2020 de Niakhar et le Dimanche de Pâques 2020, de Keur Madiabou/Nioro du Rip.

Alioune LOUM, ndouckou@gmail.com

Leave a Reply