Gambie: Yankuba Touray arrêtée

151


Yankuba Touray, un ex-membre de la défunte junte de la AFPRC, a été arrêté sur instruction du TRRC après avoir refusé de répondre aux questions qui lui avaient été posées par son conseil principal. L’arrestation de Touray et sa détention ultérieure interviennent quelques semaines à peine après que l’État eut abandonné les poursuites pénales dirigées contre lui devant la Haute Cour. L’ancien membre de la junte a comparu devant la TRRC le mercredi 26 juin 2019, sous le prétexte d’une assignation à comparaître de la Commission de vérité, réconciliation et réparations (TRRC). Lorsqu’il a été appelé à prêter serment, Touray, qui portait une tenue blanche, a refusé l’admission du serment prescrit. «Je ne jure pas; Je veux d’abord faire une déclaration », a déclaré Touray au TRRC. Après des pressions auprès de la Commission, Touray a été refusé de faire la déclaration qu’il avait demandé à faire. «Je ne jure pas. Si je ne vais pas parler (faire une déclaration), alors je pars », a déclaré Touray en sortant de la pièce. Il a été arrêté immédiatement sur ordre du président du TRRC. Il a eu une deuxième chance après Essa M. Faal, le conseil principal de la Commission, a plaidé auprès du président pour donner à M. Touray une deuxième chance de témoigner. «Est-ce que cette (arrestation) est une embuscade?», A demandé Touray à Essa Faal.

Lors de la deuxième tentative de le ramener à la Commission, Touray a déclaré à l’avocat principal qu’il ne répondrait à aucune de ses questions bien qu’il ait assermenté le serment prescrit. Il invoquait l’immunité constitutionnelle qui lui était reconnue par la Constitution de 1997.

La constitution prévoit: «Aucun membre du conseil de décision provisoire des forces armées, aucune personne nommée ministre par le conseil de décision provisoire des forces armées ou d’autres personnes nommées par celui-ci ne peuvent être tenus pour responsables devant un tribunal, une autorité ou la présente Constitution ou toute autre loi, soit solidairement, soit individuellement, pour un acte ou une omission dans l’exercice de ses fonctions officielles. ”

Dans son allocution, le président de la Commission, M. Lamin Sise, a déclaré avoir adressé plusieurs citations à comparaître à M. Touray afin qu’il comparaisse devant la Commission pour témoigner en tant que personne défavorablement citée pour son implication dans des violations des droits de l’homme entre 1994 et 1996. ces assignations à comparaître ont été reportées et la dernière assignation à comparaître a été émise le 24 juin 2019 pour sa comparution et son témoignage devant la Commission.

Sise a précisé que lors de leur rencontre avec M. Touray dans la matinée, il avait indiqué qu’il refusait d’honorer l’assignation à comparaître. Selon le président du TRRC, M. Touray affirme qu’il bénéficie de l’immunité de poursuites pour toutes les violations des droits de l’homme survenues entre 1994 et 1997.

“Il convient toutefois de noter que même si cette demande d’immunité devait être acceptée – ce qui n’est pas le cas – il ne peut pas légalement refuser de comparaître devant la Commission et de répondre à des questions qui ne violent pas directement l’immunité qu’il prétend”, a déclaré le Dr. Sise sonna.

Sise poursuivit en déclarant que M. Touray avait également été informé à plusieurs reprises que le non-respect d’une assignation à comparaître délivrée par le CRRT constituait un outrage au tribunal et pouvait donc être renvoyé devant la Haute Cour aux fins de poursuites.

«Je n’ai donc d’autre choix que d’ordonner l’arrestation immédiate de M. Touray en vertu des alinéas 15 (1) h) et 15 (2) b) de la TRRC Act 2017 et de le remettre immédiatement au poste de police qui a (la) compétence en matière d’infraction dans ce domaine et un renvoi doit être soumis dès que possible au cabinet du procureur général aux fins de poursuivre M. Yankuba Touray devant la Haute Cour », a ordonné le président Sise.

Touray a ensuite été arrêté par des membres du syndicat d’intervention de la police (PIU) et emmené hors des locaux du TRRC. Des dizaines de Gambiens en colère, principalement des jeunes, se sont précipités dans les locaux du TRRC pour Lynch Touray qui a immédiatement été emmené au poste de police de Kairaba

Read the original article on Foroyaa.

LEAVE A REPLY