Le « Khoye », une ressource immatérielle à conserver parmi tant d’autres

167

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REGION DE FATICK

DEPARTEMENT DE FOUNDIOUGNE

Association des Sages et Saltigués du Log (ASSALOG)

Siège social : Pak Khalakh, Mbam

Récépissé : N° 147/GRF/AA

 

Foundiougne, le 8 juin 2021. Les activités marquant la Cinquième Edition des Journées Culturelles du Log (JCL-2021) ont été réduites à une seule. A cause de la pandémie du Corona virus (COVID-19). Il s’agit du « Khoye ». Au programme une conférence publique sur le thème : « Le khoye en milieu Sérère», le 6 juin 2021, à l’Ecole 1 de Mbam et une séance, le 7 juin 2021, à la rivière de Sap.

La conférence a été introduite par Papa Massène SENE, Enseignant-Chercheur, ancien Secrétaire général du Ministère de la Culture du Sénégal et fonctionnaire de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). En présence de Monsieur Wagane FAYE, Chef de village de Mbam, du Docteur Ibrahima THIAW de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN), Université Cheikh Anta DIOP de Dakar (UCAD), de Jean Muteba RAHIER, Professeur d’Anthropologie à Florida International University, Miami, Etats Unis d’Amérique (USA) et du doyen des « Saltiguis » du Log, Moussa Ngothie SENGHOR de Soum qui, bien avant, a béni l’assistance et dirigé les prières pour la paix en Casamance, au Sénégal et dans le monde.

Alioune LOUM, Président de l’Association des Sages et Saltigués du Log (ASSALOG) aussi modérateur, a par la suite salué et remercié invités et bonnes volontés qui ont soutenu ASSALOG dans l’organisation. Qu’est-ce que le « Khoye » ? Comme réponse, le président d’ASSALOG a préféré, en lieu et place d’une définition ou autre explication, raconter la première séance à laquelle il a assisté, en juillet 1966, à Pak Khalakh. Alors jeune collégien, aux côtés de ses oncles maternels, il fut ému par les passes d’armes entre Saltiguis du Log*. Passes d’armes rythmées par des batteurs de tam-tam non griots. Par les saltiguis : des visages un peu familiers mais dont jamais il n’aurait pensé être dotés d’un tel savoir et pouvoir. A commencer par son oncle, Kone Thiaré de Mbam, vedette du jour. Kone accusé d’être le principal responsable si l’hivernage échouait. Depuis il est fasciné par les récits d’anciens Logois sur les haut-faits de célèbres saltiguis comme Diamé SENGHOR de Mbam : «Sapnam, in ciyong el » : « Donnez-moi un peu de tabac et je vous donne de l’eau ». Si vous refusez, il pleuvra sur son champs et pas sur le vôtre contigu au sien.  Et d’autres comme Fakhane de Soum, Birame Ndiémé de Mbassis et Ngor SARR de Mbam décédé, en 2020 qui « voyait le film de l’hivernage comme sur un écran de télévision ». Tout cela entre « Raag » et « Pak khalakh » où les saltiguis ont l’habitude de prédire si l’hivernage sera bon ou mauvais mettant en garde les populations sur d’éventuelles catastrophes et prodiguant sacrifices et aumônes pour en être épargnées. Depuis 1996 donc, a terminé, le président d’ASSALOG, « Je suis accros à cette manifestation qui allie divination et folklore, à l’approche ou en plein l’hivernage ».

Selon Papa Massène SENE, Lauréat de philosophie au Concours général, 1970-71 et ancien directeur des Archives Culturelles du Sénégal, le « Khoye» est reconnu des seul Sérères du Sénégal répartis entre le Sine, le Saloum, la Baol et le Plateau de Thiès (Kirène, Bandia). Précisant que c’est à partir de 2011 qu’il a démarré ses travaux sur le sujet qui figure sur le Répertoire National des Valeurs et à partir de 2013 sur la Liste du Patrimoine de l’Humanité de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO). Il a par la suite décrit l’odyssée des Sérères depuis la Haute Egypte jusqu’aux zones citées plus haut. Se référant aux travaux de spécialistes comme Cheikh Anta DIOP. Selon l’expert du Sénégal au Comité Intergouvernemental de l’UNESCO pour l’élaboration de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et aussi Expert gouvernemental pour l’élaboration de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le Sérère n’organise pas le «Khoye » que pour prédire l’hivernage mais en plusieurs circonstances notamment lors de la préparation du « Ndout » ou circoncision, quand la société est menacée comme par les pandémies et autres. L’auteur du Répertoire culturel du Sénégal a aussi mis l’accent sur le «khoye » comme facteur de paix et de stabilité sociale, reconnu d’utilité publique dont a recours le Sérère chaque fois que de besoin.

«Le Khoye » reste une manifestation pour laquelle, bien qu’ayant adhéré aux religions dites révélées notamment l’Islam et le Christianisme, ancrée chez les Sérères. Le Professeur Associé à l’Université Senghor d’Alexandrie, en Egypte a pour expliquer cet ancrage relaté les chocs entre Sérères et Islamisants, entre sérères et Colons Français. En 1087 quand Amad Godo Mad tua Abou BAKR. En 1853, victoire de Coumba Ndoffène Fa Mack Diouf qui dérouta mille soldats français. Et la bataille de Ndiaye Ndiaye/Fatick, d’où la fameuse boutade de Pinet LAPRADE : « On les tue mais on ne les déshonore pas».

Une vingtaine d’intervenants ont par la suite ont pris la parole qui pour poser des questions, qui pour des contributions mettant l’accent sur la nécessité de revenir aux valeurs dont outre le «Khoye », le « Ndout » : circoncision, « Lim daan» : généalogie et les jeux traditionnels. Les saltiguis Mame Ansou BOP de Soum, Ndiouma THIARE, Diégane THIARE, Mamadou THIARE et Ibrahima NDIAYE de Mbam ont prédit un bon hivernage. Des sages comme Samane DIONE, Maffal LOUM, Mbégane FAYE, Mame Biram SENE et Aliou Adrien SENGHOR de Mbassis ont insisté sur l’éducation et sur la parenté entre Diola et Sérères marquée par le passage, en 1995, du Roi d’Oussouye dans la zone et les Assises de Foundiougne, en 2005.

A l’issue de la rencontre il a été fortement recommandé outre le retour du « Ndout », la transmission du savoir immatériel aux jeunes générations par les détenteurs et détentrices, la protection des sites sacrés et divinatoires, l’élaboration d’un répertoire des saltiguis hommes et femmes du Log, et une coopération entre ASSALOG, IFAN et le Centre Malango/Fatick.

A Sap, les saltiguis ont prédit un bon hivernage. Des offrandes et autres pratiques ont été prodiguées pour éviter des calamités, en fin de saison.

Alioune LOUM, ndouckou@gmail.com pour www.fadoum.com.

*Log : zone du département de Foundiougne qui couvre les trois communes de Foundiougne, de Mbam et de Soum et parties des communes de Djirnda et de Djilor.

 

Leave a Reply