Les restes de sept soldats trouvés à la caserne de Yundum

444

 

Les restes de sept soldats tués le 11 novembre 1994 ont été découverts à la caserne de Yundum par l’équipe d’enquête de la Commission de réconciliation et de réparation de la vérité, mercredi.

Cela fait suite à près de deux semaines d’excavation de la part de l’équipe et aux preuves retrouvées dans la fosse commune, notamment des squelettes, un crâne désintégré, des anneaux, des vêtements et des cordes qui auraient été attachés autour des mains des victimes.

Les témoins qui ont témoigné devant la commission ont déclaré que les victimes avaient été attachées les mains derrière et emmenés dans la brousse pour y être exécutés.

Le 11 novembre 1994, le lieutenant Basiru Barrow, le lieutenant Abdoulie Dot Faal, le Sgt Fafa Nyang, le Sgt Basiru Camara, le Lieutenant Bakary Manneh, le cadet Amadou Sillah, le Bgg Jammeh et le Sgt Gbril Saye, ainsi que d’autres personnes, ont été tués de manière extrajudiciaire par les membres de la junte pour soupçon de tentative de coup d’Etat.

S’adressant aux journalistes de la caserne de Yundum, le président de la Commission, le Dr Lamin Sise a présenté ses condoléances aux familles des victimes et a décrit le meurtre des soldats par les membres de la junte comme un fardeau pour la Gambie.

Il a assuré à la commission son engagement à s’acquitter de sa tâche, ajoutant qu’elle ne voulait plus voir se reproduire une telle tragédie dans le pays.

«Nous ne pouvons pas faire cette chose en secret, nous devons venir ici et montrer aux membres de la famille, montrer au pays ce que ce pays a traversé. Si quelqu’un doute que des personnes aient été tuées ou non, qu’elles aient été enterrées dans des fosses communes, voici les preuves », a déclaré le Dr Sise.

Il a ajouté: «C’est émouvant pour vous tous et ému pour tout le personnel du CRRT mais plus émouvant pour leurs familles et un fardeau très lourd pesant sur la Gambie dans son ensemble. Nous sommes ici pour voir la fosse commune des Gambiens tués. et voir leurs restes n’est une tâche facile pour personne.

Dans le même temps, Fatou Manneh, Fatou Sowe, Omar Dumbuya, Matarr Touray et Awa Njie, tous deux proches des victimes, ont exprimé leur sympathie pour les décès et ont appelé à la patience des autres membres de la famille.

 

By Adama Makasuba

panafricanvisions

LEAVE A REPLY