Sanna Sabally: “Je suis responsable des exécutions du coup d’Etat en Gambie”

656

Sanna B, Sabally, qui a brièvement occupé le poste de vice-président de la junte militaire gambienne, a déclaré sans équivoque qu’il avait dirigé les exécutions de soldats accusés d’avoir dirigé un coup d’État manqué en novembre 1994. «Je suis responsable de l’exécution des meneurs capturés Sabally a confié à l’avocat principal de la Commission de réconciliation et de réparation de la vérité (TRRC) lors de sa comparution mercredi.

Sabally, un témoin vedette, a tenté de justifier les exécutions en affirmant qu’elles avaient été exécutées parce qu’elles avaient affaire à des ennemis de l’État désireux d’assassiner les dirigeants de la junte qui s’était emparée du pouvoir d’une administration civile quatre mois plus tôt.

L’ancien vice-président de la junte a accepté l’entière responsabilité individuelle même si le président d’alors, Yahya Jammeh, avait ordonné que tous les chefs du coup d’Etat soient tués.

Il a déclaré qu’en tant qu’officier militaire prenant en charge les opérations ayant déjoué le coup d’État, il assumerait l’entière responsabilité des exécutions, bien que cela ne lui procurait aucune joie, ni à quiconque était impliqué dans la prise de la décision à laquelle les dirigeants militaires avaient abouti. temps.

Quand le conseil principal, Essa Fall, lui a demandé si les règles de la Convention de Genève auraient dû être appliquées par la junte lorsque les coupistes sont devenus des prisonniers, Sabally s’est excusé, rejetant cette norme internationale comme une loi sans lettre qui n’a aucune pertinence dans les théâtres. de guerre.

Toutefois, le président de la TRRC, Lamin J Sise, s’est exprimé juste avant que l’audience ne soit ajournée jusqu’à jeudi, affirmant que le fait que Sabally ait rejeté la Convention de Genève n’ait rien de significatif.

La commissaire Sise a déclaré qu’une telle convention internationale nécessitait plus de cent ans pour se développer et était nécessaire pour réglementer les normes de conflit, même si les guerres ne pouvaient pas être abolies.

Il a dit qu’il ne voudrait pas que le TRRC soit le théâtre de telles normes qui seraient injustement ridiculisées et considérées comme sans valeur par un petit pays comme la Gambie.

Le lieutenant, alors maigre, qui a joué un rôle central dans l’exécution du coup d’État du 22 juillet 1994, qui a amené Yahya Jammeh au pouvoir, était le vice-président du Conseil de direction provisoire des forces armées (AFPRC), à la suite du succès de l’insurrection.

Les Gambiens le voyaient pour la première fois en public depuis plus de 16 ans.

Ayant maintenant l’air charnu et confiant dans une tenue traditionnelle fluide, Sabally à lunettes a déjà accepté dans sa déposition d’assumer la responsabilité d’avoir torturé des Gambiens et les abus commis par ses préposés aux soins qui auraient tiré sur des personnes qui s’étaient croisées avec son convoi rapide, généralement fortement armées.

Lorsque l’avocat Faal lui affirma que l’une de ces victimes était Alo Bah, une vendeuse au bord de la route qui affirmait avoir été blessée par balle par des membres de son convoi en 1995, Sabally déclara que l’incident si cela se produisait était profondément regrettable et s’excusait donc auprès de la victime. fête pour ce qui est arrivé.

«Si j’ai l’occasion de m’excuser devant les personnes à qui j’ai fait du tort par le passé … je suis désolé pour les Gambiens, je suis vraiment désolé», a déclaré Sabally à l’inspiration de l’avocat Faal.

Avant son témoignage, le nom de Sabally avait été cité à plusieurs reprises lors des témoignages successifs du TRRC, qui avaient fourni des informations détaillées sur son implication présumée dans des affaires de violations flagrantes, notamment de torture et d’exécutions entre juillet 1994 et janvier 1995.

Sabally, qui a fini par se brouiller avec le chef de la junte, Yahya Jammeh, a été arrêté et condamné pour avoir organisé son propre coup. Il vivait en exil en Allemagne avant que des informations suggèrent qu’il avait refait surface au Sénégal voisin, où il s’était rendu en Gambie pour témoigner.

Compte tenu de son rôle historique au cours des premiers mois du régime militaire en Gambie, son témoignage pourrait s’éterniser pendant plus de deux jours.

LEAVE A REPLY