LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE MONSIEUR MACKY SALL

1029

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

MONSIEUR MACKY SALL

L’EAU, de par sa composition moléculaire d’hydrogène et d’oxygène, est essentielle à la survie de toute espèce vivante. Elle est milieu de vie pour les animaux aquatiques, source de vie pour la faune, la flore et pour les êtres humains. L’EAU, sous toutes ses formes, recouvre plus de 70% de la surface du globe. Elle est pourtant rare et d’autant plus précieuse pour l’Homme qui la veut pure et potable. Sans elle toute vie disparaitrait sur cette planète Terre. Eu égard à son caractère indispensable, est-il tolérable et justifiable qu’une ville entière en soit privée ?

La réponse qui s’impose ne peut être que négative si l’on se réfère à la déclaration des Nations-Unies sur les droits humains selon laquelle :“le droit à une eau potable propre et de qualité, et

  • des installations sanitaires est un droit de l’homme indispensable à la pleine jouissance du droit à la vie”.

Et pourtant, c’est l’inadmissible situation que vivent les populations de Foundiougne depuis plus d’un an, sans eau douce courante, abandonnées à elles-mêmes dans une profonde torpeur et éprouvées d’un sentiment d’antipathie de la part de leurs autorités. Celles-là même qui avaient pourtant juré de servir les aspirations de leurs concitoyens. Malgré ce calvaire et l’angoisse qui en résulte, ces populations sont restées tout de même dignes, patientes et très stoïques.

Monsieur le Président de la République,

De l’eau, certes, il n’en manque pas dans une presqu’île, mais celle potable ne coule plus des robinets de Foundiougne depuis plusieurs mois.

De l’eau au goût salé, comme on n’en connait pas ailleurs, nous a toujours été servie, et nous sommes restés endurants.

Les populations de Foundiougne, silencieusement, ont longtemps consommé cette eau fluorée à l’excès qui privera beaucoup d’un sourire éclatant.

Jusqu’à quand devrions-nous encore supporter sans crier notre désarroi ? Devrions-nous laisser cette situation, qui va en s’empirant, perdurer et nous condamner éternellement ?

D’une salinité supportable, l’eau des robinets de Foundiougne est passée à une teneur de 30g/l, quasiment égale à celle de la mer. Une année durant, cette eau de mer nous est servie via les réseaux de la SDE qui réclame le paiement de ses factures bimensuelles.

Face à cette situation, les populations impuissantes et démunies ont alors rencontré les différentes autorités compétentes de la ville en vue d’une solution. Que nenni ! Que des promesses jamais tenues ! De même, le 1er novembre 2017, une marche pacifique médiatisée a été organisée pour dénoncer les conditions pénibles infligées.

Pour calmer les ardeurs, des camions citernes d’eau, en quantité insuffisante, ont été mobilisés en vue d’étancher notre soif. Ces quelques citernes qui divisent et sèment la zizanie au sein de la communauté assoiffée et fatiguée, sans jamais vraiment régler les problèmes des couches les plus faibles et les plus démunies. Des camions citernes qui voient affluer toutes les tranches d’âge, des enfants aux personnes âgées voire celles à motricité réduite, tant le liquide précieux fait défaut.

Nous avons appris à surmonter cette semi-tragédie dans la patience, la dignité et dans l’espoir d’une situation meilleure dans un délai acceptable. Cette eau trop salée servait encore, tant bien que mal, à assurer les tâches ménagères afin de maintenir les mesures d’hygiène primaires nécessaires dans les concessions.

Cette eau des citernes, même si nous ignorons les conditions dans lesquelles elle est recueillie et transportée, nous la buvons et cuisinons avec. Nul besoin de souligner que nous ne vivions pas mais survivions plutôt dans ces circonstances certes pénibles et surtout risquées, mais là encore nous supportions.

Monsieur le Président de la République,

Hélas, aujourd’hui à Foundiougne, à la place d’une eau très salée, les réseaux de distribution de la SDE fournissent de l’eau boueuse, colorée, polluée, acide et donc impropre à tout usage.

N’est-ce pas le pire des scénarii envisageables dans un pays qui se veut émergent ?

Aucune population de ce pays ne mérite de vivre pareille situation en 2018, encore moins celle d’une ville qui, le soir de votre élection en mars 2012, a émis un gros soupir de soulagement en se disant : « enfin ! Un digne fils du terroir à la tête de ce pays ».

Les habitants de Foundiougne rêvaient d’une ville reconstruite avec des routes de qualité, des rues éclairées, de nouvelles infrastructures, pour ne citer que ce qui nous paraissait basique et évident. Or, la situation actuelle de la ville n’était pas imaginable même dans nos cauchemars les plus obscurs.

Foundiougne, cette belle ville historique, ne vit plus du tourisme qui, avec la pêche, constituaient ses principales activités économiques. En l’état actuel, comment voulons-nous que Foundiougne participe à la promotion du tourisme comme le veut le Plan Sénégal Emergent ? Foundiougne perd de son attrait. En plus de l’érosion et la perte de ses plages, sa voirie et son réseau d’assainissement en piteux état, l’insécurité grandissante, le découragement latent de sa jeunesse sans emploi, le problème de l’eau qui vient s’y ajouter tombe comme un couperet.

Foundiougne, ville très ancienne et pleine de valeurs culturelles, tend à être rayée de la carte touristique du pays. Cette ville sérère a accueilli et adopté des communautés pulaar, diola, mandjack etc. qui s’agrandissent en son sein, ce qui en fait toute sa beauté !

Monsieur le Président de la République,

Cette belle ville qui vous a adopté et bercé un temps de votre enfance, celle qui a guidé vos premiers pas à l’école primaire, vous appelle au secours. Sa communauté assoiffée étouffe, agonise et vous adjure de la tirer de ce calvaire.

Foundiougne, l’un des départements de la région de Fatick dont vous avez été le maire de la commune du même nom, vous supplie de lui fournir dans l’urgence de l’EAU DOUCE et POTABLE pour étancher cette soif affligeante qui persiste. « EAU SECOURS » !

MEMORANDUM REVENDICATIF A L’OCCASION DE LA MARCHE PACIFIQUE DU 15 DECEMBRE 2018 A FOUNDIOUGNE POUR LE MANQUE D’EAU POTABLE DANS LADITE COMMUNE

Le collectif regroupé au sein du cadre de concertation pour la gestion de la crise de l’eau à Foundiougne, au nom de toute la population, sollicite votre concours pour ce qui suit.

Dans les meilleurs délais :

  • Une évaluation rapide de la situation sanitaire ;
  • Une augmentation des camions citernes et une distribution de kits de potabilisation aux populations ;
  • A titre provisoire, un ravitaillement à partir du réseau d’approvisionnement en eau des forages de Passy et/ou de Sokone ;
  • La construction d’une unité de dessalement de l’eau de mer ;
  • Une annulation des factures d’eau de la SDE pour ce bimestre.

Dans le moyen terme :

  • La construction d’un nouveau forage à haut débit qui prévoira les générations futures et les facteurs d’élargissement de la ville, soit à Foundiougne avec des unités de dessalement, soit dans les communes du Niombato (Karang, Sokone, Toubacouta…) ;
  • Une voirie avec des axes bitumés et électrifiés ;
  • Une densification des réseaux d’assainissement.

Monsieur le Président de la République,

Nous vous sommes reconnaissants pour les efforts consentis pour le développement du département de Foundiougne à travers, notamment la construction du pont et du port de Ndakhonga. Toutefois, pour mieux en tirer profit et pour une meilleure efficience de ces infrastructures, nous souhaitons disposer de :

  • 01 centre d’incubation pour la formation des jeunes aux métiers portuaires ;
  • Une Unité de formation et de recherche en sciences sociales, économiques et techniques dans les domaines du tourisme, de l’ingénierie pétrolière, du transport logistique ;
  • Des unités de conservation et de transformation des produits halieutiques ;
  • Des mesures préventives contre une éventuelle pollution marine face à l’exploitation future des gisements du Sangomar offshore.

Monsieur le Président, voici énumérés les maux dont souffrent les populations de Foundiougne au quotidien et ce qu’elles attendent du Gouvernement. Cependant, la question de l’eau reste la plus cruciale et sa résolution est plus qu’URGENTE.

Nous vous souhaitons bonne réception de ce mémorandum et vous réitérons nos plus hautes considérations.

 

LEAVE A REPLY