Résilience face aux inondations : le Log s’engage

186

Foundiougne, 21 mars 2021. Depuis des décennies, le Sénégal, essaie de s’adapter aux inondations qui frappent le pays. Les projecteurs étant la plupart du temps braqués sur Dakar, la capitale, la situation ailleurs dans les zones les plus reculées comme le Log ne fait pas grand échos quand champs et rizières sont inondés exposant paysans et paysannes à la famine. D’où la nécessité d’une résilience locale. C’est ainsi qu’au sortir de l’hivernage 2020, le 14 novembre, des représentants d’organisations communautaires se sont réunies à Mbam pour échanger sur le sujet et sur la mise en place d’un réseau des organisations locales de développement intéressant les Communes de Foundiougne, de Mbam, de Soum et parties des Communes de Djilor et de Djirnda. Il s’agit de l’Association des Sages et Saltigués du Log (ASSALOG), de la Génération Mame Diamane (GMD) et de l’Association pour la Réhabilitation et la Préservation de l’Environnement (ASPOVRECE) qui seront rejoints par le Comité de Lutte (CL) et les Groupements de Femmes (GF). D’autres acteurs ont été ciblés dont les Associations Sportives et Culturelles (ASC).

Le Comité de pilotage mis en place a entamé une campagne d’information et de sensibilisation qui l’a conduit auprès du Sous-Préfet de l’Arrondissement de Djilor, du Préfet du Département de Foundiougne, des Maires des Commune de Mbam et de Soum, des Chefs de village de Gagué Bocar, Gagué Mody, Mbam, Mbassis, Ndorong, Sap-Keur Samba Wané et Thiaré, en présence de leurs collaborateurs. Le Comité de pilotage, par la suite, a eu une séance de travail avec Monsieur Ousmane THIAM, Chef du Service Départemental en charge du Développement Rural (SDDR) de Foundiougne pour une exploitation des données sur les volontaires, les besoins en semences, les intrants et en assistance technique. Monsieur THIAM, qui est déjà venu participer à une des réunions du réseau a promis de soutenir cette initiative pour en faire un succès, une expérience à partager avec d’autres zones.

Plus de deux cents volontaires se sont déjà inscrits. Ils viennent des villages de Gagué Bocar, Mbam, Mbassis, Ndorong, Thiaré et de la Commune de Soum. Des visites de terrains vont suivre pour une géolocalisation des champs, digues et rivières.

Parmi les difficultés notées lors d’expériences précédentes pour la culture du riz, dans la zone, figure en très bonne place la protection des surfaces cultivées contre les animaux divagants qui ont poussé beaucoup de femmes à renoncer à la culture de cette denrée dans le village de Mbam. Ces dernières sont allées composer avec d’autres femmes à Soum et à Fayaco. Un avertissement dont a pris bonne note le réseau qui se propose de travailler aussi sur d’autres possibilités de résilience : le micro jardinage, la pisciculture, l’arboriculture et le maraîchage.

Le Comité de pilotage est présidé par Monsieur Adrien Aliou SENGHOR de Mbassis, Retraité de la CARITAS. Il est assisté par Messieurs Daouda NDONGO de Mbam, Expert qui a piloté beaucoup de projets de développement rural à travers les régions de Fatick et de Kaolack et Alioune LOUM de Foundiougne, Ancien fonctionnaire de l’Information et de la Communication de l’ONU.

Alioune LOUM

www.fadoum.com

Leave a Reply