Me Assane Dioma Ndiaye revient sur les nombreuses arrestations post électorales

117

«Les Sénégalais sont saturés de procédures judiciaires ; il faut que le régime revoie son mode de gouvernance».

Malgré les nombreuses condamnations et interpellations des organismes de défense des droits de l’Homme, les arrestations post électorales se poursuivent. Hier, on assisté à l’interpellation, à Saint-Louis, du Colonel Abdourahim Kébé par la Section de recherches de Colobane. D’ailleurs, il a été auditionné ce matin par les gendarmes. A noter que depuis le scrutin du 24 février, on assiste à des interpellations à la pelle. Ce qui a poussé les organisations de défense des droits de l’Homme à publier un communiqué conjoint pour dénoncer ces actes. En ce qui concerne le cas du Haut fonctionnaire de l’Etat, le président de la Ligue sénégalaise des droits de l’Homme (Lsdh), joint par Actusen.sn, dénonce une énième tentative de saper la cohésion sociale et le Sénégal doit dépasser ce stade. Selon Me Assane Dioma Ndiaye qui ne comprend pas la nécessité de ces arrestations tous azimut, les organisations des droits de l’Homme exigent, aujourd’hui plus que jamais la libération de tous ces militants. En plus les messages incriminés sont dénués d’effets pouvant provoquer un quelconque soulèvement. Et puis, ajoute-t-il, depuis 2012, on assiste à des procédures judiciaires contre des opposants et les Sénégalais sont saturés de poursuites judiciaires et d’arrestations à n’en finir. «Il faut que le régime revoie son mode de gouvernance».

LEAVE A REPLY